En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Prix de l’électricité : fin ou hausse du dispositif d’Arenh pour EDF ?

Le fournisseur ne veut plus vendre son énergie nucléaire aux concurrents à des prix aussi faibles.

Le lobbying intense d’EDF auprès des pouvoirs publics a commencé. L’objectif ? La fin pure et simple de l’Arenh, l’accès régulé à l’énergie nucléaire historique. Ce dispositif permet aux fournisseurs alternatifs d’acheter l’électricité produite par le parc nucléaire français à des prix très bas. Indirectement, EDF perd de l’argent pour renforcer la concurrence.

Les fournisseurs alternatifs comme Engie, Total Direct Energie, Planète Oui ou encore Eni réclament au contraire une hausse de l’Arenh. Ils estiment que le développement du marché de l’énergie a rétréci les parts de chaque fournisseur, les contraignant à acheter l’électricité au prix du marché, parfois plus cher. Cela se répercute sur la facture des consommateurs.

Augmentation des tarifs de l’électricité

Le gouvernement devra trancher entre EDF et ses concurrents, alors que deux hausses des prix de l’électricité ont lieu cet été. La première, qui s’élève à +5,9%, a eu lieu le 1er juin. La seconde, qui devrait être plus petite, interviendra au 1er août. L’UFC-Que Choisir et CLCV ont déjà annoncé qu’un recours sera déposé auprès du Conseil d’Etat.

Les députés de la majorité ont récemment déposé un amendement pour modifier le plafond de l’Arenh. Aujourd’hui, EDF est obligé de vendre 100 térawattheures (TW) ; demain, ce pourrait être 150 TW. Une décision qui renforcera le poids des fournisseurs privés face au groupe public. Mais le lobbying d’EDF pourrait aussi fonctionner, puisque le prix de vente de ces 150 TW pourrait être réévalué de 42 à 52€/MWh.