En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

EDF veut faire reculer la concurrence en mettant fin à l’Arenh

Le PDG d’EDF a été auditionné au Sénat au sujet de la réorganisation du groupe. Il accepte des concessions si l’on met fin au dispositif d’accès à l’électricité nucléaire pour les fournisseurs alternatifs.

energie fossile

Auditionné par les sénateurs, jeudi 2 mai, le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy a évoqué les pistes d’une possible restructuration du fournisseur d’électricité. EDF « restera un groupe intégré, avec son pacte social », a d’abord revendiqué le polytechnicien. Assez vite, il a posé une condition sine qua non à sa bonne volonté : la fin de l’Arenh.

Le dispositif d’accès régulé à l’électricité nucléaire historique (Arenh) permet depuis plusieurs années aux fournisseurs alternatifs d’acheter de l’énergie à des coûts extrêmement faibles. « C’est un vrai péril (…), c’est le principal handicap » d’EDF, estime le PDG. L’Arenh devrait être prolongé jusqu’en 2025, ce qui provoque beaucoup d’oppositions.

Subventionner les concurrents, un non-sens

Depuis dix ans, le marché de l’électricité est ouvert à la concurrence. Récemment, la Commission de régulation de l’électricité (CRE) a reconnu que l’Arenh n’avait pas d’impact sur le développement de la concurrence. L’économiste Elie Cohen a souligné que ce système est illogique : « EDF subventionne ses concurrents pour qu’ils lui prennent des parts de marché ».

Jean-Bernard Lévy est encore plus virulent envers les « acteurs privés dont certains disposent de moyens considérables ». Le patron d’EDF milite pour un nouveau dispositif qui « permette aux Français de bénéficier du nucléaire dont ils sont les propriétaires (…) qu’ils soient ou non clients d’EDF ». Un projet qu’il pourra superviser, puisque son mandat vient d’être renouvelé.