En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Electricité verte : la production a couvert 23% de la consommation en 2019

Selon des données publiées par RTE, la production d’électricité d’origine renouvelable a permis de couvrir près d’un quart de la consommation totale en France en 2019. Cependant, l’évolution d’une année sur l’autre reste minime.

C’est un résultat bien en-deçà des objectifs fixés par la loi de transition énergétique de 2015. En effet, selon le dernier «Panorama de l’électricité renouvelable» publié la semaine dernière par RTE, 23% de la consommation électrique française était d’origine renouvelable en 2019. Un chiffre quasi identique à l’année précédente (22,9% en 2018).

Cette électricité verte est notamment due au parc hydraulique, qui assure 12% des besoins en électricité en France. Arrivent ensuite les parcs éolien (7,2% des besoins mais en hausse de 21,3% par rapport à 2018) et solaire (2,5% des besoins à +7,8% par rapport à 2018). La filière bioénergies continue de s’installer tranquillement et couvre 1,6% de la consommation (+3,4% par rapport à 2018).

Comment produire de l’électricité solaire ?
Lire l'article

Une évolution continue depuis 10 ans

La part de l’électricité verte ne cesse d’augmenter depuis 10 ans, selon Réseau de transport de l’électricité (RTE). Au total, ces énergies renouvelables représentaient moins de 14% de la consommation totale en France en 2005, contre 23% aujourd’hui. Néanmoins, des efforts supplémentaires doivent être réalisés pour atteindre l’objectif de 40% à l’horizon 2030.

Certaines régions sont d’ailleurs beaucoup plus dynamiques dans la mise en place de ces énergies vertes. L’Auvergne-Rhône-Alpes (25% du parc installé en France) se distingue notamment grâce à sa filière hydroélectrique. L’Occitanie et le Grand-Est arrivent juste derrière, grâce aux investissements dans les filières éolienne et solaire.

Crédits : RTE