En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Electricité : un black-out national évité de peu lundi 7 octobre

Selon une information relayée par Les Echos, le gestionnaire de réseau de transport d’électricité (RTE) a dû gérer une situation inquiétante lundi dernier. Dans la soirée, l’entreprise a dû prendre des dispositions pour éviter un black-out dans toute la France.

C’est la seconde fois que ce dispositif exceptionnel est mis en place. Lundi, le gestionnaire de réseau de transport d’électricité (RTE) a dû débrancher une vingtaine de sites industriels, gros consommateurs d’électricité, sur les coups de 21 heures. Selon le journal Les Echos, cette mesure d’urgence était ici nécessaire afin d’éviter un black-out national.

Le système électrique français était mis à mal en début de semaine du fait d’un déséquilibre entre la production et la consommation d’électricité. La raison principale est l’arrêt inopiné d’un réacteur EDF dans une centrale du nord de la France, à un moment critique de la journée, précise RTE.

Une intervention courante dans le futur ?

Instauré dans le cadre de la loi NOME, ce dispositif « d’interruptibilité » permet donc à RTE de stopper la consommation d’électricité des sites industriels les plus énergivores afin d’éviter un black-out. Il s’agit de sa seconde utilisation, après celle observée le 10 janvier dernier, suite à un problème de mesure sur les lignes d’approvisionnement en Europe.

Cependant, ce type d’intervention est voué à se multiplier dans les prochaines années. Comme l’explique le président de l’association Uniden (Union des industries utilisatrices d’énergie) Nicolas de Warren, plusieurs éléments affecteront les réseaux comme « la montée en puissance des interconnexions électriques en Europe et des énergies renouvelables intermittentes comme les éoliennes ».