Plateformes d’assurance entre particuliers : quels dangers ?

 

L’émergence de plateformes de partage de risques entre particuliers commence à inquiéter certains organismes de régulation du marché de l’assurance. C’est le cas de L’Autorité des marchés financiers (AMF) québécoise, qui appelle à la prudence.

Plateformes de partage de risques

Le partage de risques entre particuliers peut s’appliquer à la santé, aux voyages, aux voitures ou encore aux logements.

Les plateformes de partage de risques entre particuliers proposent aux consommateurs des espaces en ligne où il est possible de former des communautés pour assurer des biens semblables sans avoir recours à un assureur professionnel.

Ce sont les consommateurs eux-mêmes qui évaluent les risques qu’ils veulent couvrir, les primes et le traitement des réclamations. Il est entendu que les participants à ces communautés décident collectivement de la recevabilité des réclamations.

L’AMF espère mettre en garde les consommateurs optant pour cette forme d’assurance. En effet, les membres de ces communautés s’exposent à des pertes potentielles, par exemple si les participants d’un groupe refusent indûment d’acquitter une réclamation ou si le groupe ne dispose pas de moyens financiers suffisants.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres