Indemnisation : la « taxe attentat » jugée insuffisante par Axa

 

La cotisation des assurés au fonds d’indemnisation des victimes du terrorisme ne serait pas suffisante face à la hausse des attentats en France.

Hommage après un attentat

Le directeur général d’Axa France, Jacques de Peretti, estime que la contribution annuelle des assurés au fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme (FGTI) « n’est pas suffisante » face à la recrudescence d’attentats dans l’Hexagone. Cette « taxe attentat » avait déjà été rehaussée en octobre 2015, la 1ère fois en 10 ans, pour augmenter les ressources du fonds.

La « taxe attentat » est une contribution des assurés au FGTI. D’un montant de 4,30€ par an, elle est prélevée sur chaque contrat d’assurance de biens (auto, habitation…) depuis 1986, à la suite d’une vague d’attaques terroristes.

Une possible augmentation de la cotisation

D’après Juliette Méadel, la secrétaire d’Etat aux victimes, le FGTI dispose actuellement d’une réserve de 1,3Md€. « Jusqu’à présent, les actes terroristes coûtaient une somme très modique au fonds de garantie, toujours moins de 10M€ par an », informe Jacques de Peretti, ajoutant : « il est clair qu’aujourd’hui, au cours des 18 derniers mois, c’est à plusieurs centaines de millions d’euros que le fonds doit faire face ».

Selon le DG d’Axa France, les assureurs sont en travail avec les pouvoirs publics pour gérer ce « nouveau besoin de financement », qui pourrait entraîner une augmentation de la taxe, voire « d’autres contributions que les pouvoirs publics pourraient dégager ».

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres