L’économie collaborative pourrait bouleverser le marché de l’assurance

 

Le paysage de l’assurance continue d’évoluer face à l’essor de l’économie collaborative. Alors que des start-ups proposent des produits toujours plus flexibles, les assureurs traditionnels doivent s’adapter.

Economie collaborative assureurs

De plus en plus présente dans les habitudes des assurés, l’économie collaborative force une mutation du marché, faisant évoluer l’assurance de propriété d’aujourd’hui en une assurance centrée usage.

D’après Claude Sudre, expert assurtech interrogé par le Journal du Net : « lorsque les biens sont échangés, l’assureur a moins de visibilité sur le rapport entre l’utilisateur et l’objet, sur la durée du prêt ». De quoi altérer l’évaluation du risque dans les contrats, puisque l’historique du bien assuré n’est pas disponible pour l’assureur.

« L’économie collaborative pesait 20Mds de dollars en 2014 et pourrait atteindre 350Mds dans 10 ans », annonce Amal Benichou, consultante chez Accenture.

Les assureurs traditionnels s’intéressent aux start-ups

Pour se mettre rapidement à niveau, les assureurs traditionnels s’associent ou investissent dans des start-ups dédiées à l’économie collaborative. C’est le cas de la MAIF, qui finance de manière massive ce type de start-up : Koolicar et TravelerCar pour le prêt de voiture ou GuesttoGuest pour l’échange de maisons.

Davantage privilégiés, les partenariats permettent d’assurer les utilisateurs d’une plateforme collaborative. C’est le cas de la MAIF, avec les start-ups citées ci-dessus, ou encore d’Allianz avec Drivy et AXA avec Blablacar.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres