La digitalisation des assureurs à l’heure de la « République numérique »

 

La « loi pour une République numérique », adoptée à l’Assemblée nationale le 20 juillet 2016 et en attente d’un passage devant le Sénat, aura un impact sur la transition numérique des assureurs.

Digitalisation

Interviewée par l’Argus de l’assurance, Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du Numérique, est notamment revenue sur la transition numérique des assureurs traditionnels. Sur le sujet de la dématérialisation du contrat d’assurance, renforcé par la loi présentée, elle a ainsi précisé que la disposition n’allait pas dans le sens d’une désintermédiation de l’assurance.

« L’objectif est avant tout d’amplifier et de faciliter la transition numérique des grands assureurs traditionnels, en levant un certain nombre d’obligations de recourir au papier dans le cadre de l’information contractuelle et de la signature des contrats », a indiqué la secrétaire d’Etat chargée du Numérique.

Axelle Lemaire s’est également montrée favorable à la création de partenariats entre les assureurs traditionnels et « des start-ups innovantes spécialisées dans ces technologies », une pratique en plein essor.

La protection des données reste une sujet majeur

En ce qui concerne la protection et l’utilisation des données personnelles des utilisateurs, les craintes sont toujours bien présentes : « le numérique, c’est la recherche perpétuelle d’un équilibre entre les progrès techniques et les droits des individus », explique Axelle Lemaire.

Pour la secrétaire d’Etat, il s’agit de l’objectif du projet de loi pour une République numérique, « notamment dans la partie réservée à la protection de la vie privée des individus, que ce soit dans les pouvoirs renforcés de sanction de la Cnil ou concernant le droit à l’oubli pour les mineurs ou la mort numérique ».

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres