En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

La baisse des effectifs chez les assureurs va-t-elle affecter les assurés ?

La crise sévit depuis déjà plusieurs années dans le domaine de l’emploi : licenciements, départs à la retraite non remplacés… S’il avait réussi à résister jusqu’en 2015, le secteur de l’assurance est aujourd’hui affecté.

Une conseillère s'adresse aux clients

Jusqu’alors, le secteur de l’assurance avait réussi à tenir bon face à la baisse des effectifs. Mieux, de 2005 à 2009, il avait réussi à s’étoffer, passant de 143 700 employés à plus de 148 000 en moins de 4 ans. Entre 2009 et 2015, après une furtive baisse, les effectifs s’étaient maintenus à 147 100 personnes travaillant dans le secteur de l’assurance.

Une grande partie de ces emplois sont proposés en CDI, une situation stable qui permet aux effectifs de cette branche de se maintenir. Pourtant, cette baisse pourrait s’avérer préoccupante au regard des attentes des clients. Le secteur de l’assurance ne devrait être que très peu affecté par la baisse des effectifs : des craintes à remettre en perspective avec la faible baisse du nombre d’employés dans ce secteur. Elle n’est que de 0,3% en 2015.

Le contact humain plutôt que l’interface digitale

Si la présence des assurances s’est étoffée sur le net, pour beaucoup d’assurés, plus qu’une disponibilité de chaque instant, l’important est de trouver quelqu’un pour répondre à leurs questions. Unow, qui propose des formations aux entreprises, identifie les principales attentes des clients au sein de l’acronyme « SAVAPA » (Simplicité, Accessibilité, Variété, Adaptabilité, Personnalisation et Adéquation). Si internet peut assurer la disponibilité d’une plate-forme, pour un grand nombre de Français, il ne peut pas permettre de conseiller aussi précisément qu’un humain.

Les seniors sont les premiers à plébisciter le suivi personnalisé, n’étant pas habitués à l’outil internet et ayant des exigences particulières en terme de santé. Autre point de préoccupation, le conseil et la réponse aux questions des internautes. De plus en plus de plates-formes permettent de discuter, via un chat avec des conseillers.

C’est dans le domaine de la mutuelle santé que les assurés sont le plus en demande de conseil avant la souscription. En cause : la complexité des démarches, le nombre de pièces à fournir et la différence entre les différents prix pratiqués.