En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Quand l’ACPR invite les assureurs à intensifier leur digitalisation

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) vient de publier une étude sur la question de la révolution numérique dans l’assurance française. A la suite de discussions avec plusieurs assureurs, des efforts sont encore à mener pour faire évoluer la digitalisation.

Smartphone

C’est « une étude de référence que publie l’ACPR sur les enjeux de la révolution numérique pour le secteur financier français », selon le président de l’ACPR François Villeroy de Galhau. Il est ici question d’un état des lieux de la révolution numérique chez les assureurs français. Malgré des questions communes, cette digitalisation n’en est pas au même stade chez tous les acteurs.

La nouvelle concurrence issue des fintechs spécialisées dans l’assurance (ou insurtechs) mais aussi des Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) a changé la donne ces dernières années. Les assureurs français ont donc accéléré leur transformation en interne avec des innovations non assurantielles comme des services de téléphonie mobile ou de sécurité pour l’habitation.

Des partenariats nécessaires avec les insurtechs

L’utilisation des données et leur protection demeurent des sujets épineux pour les assureurs. En effet, ils sont soumis à une réglementation très stricte en la matière ce qui n’est pas le cas pour les Gafa. D’autant plus que la crainte s’intensifie lorsque les assureurs français ont recours à des services proposés par ces géants du net comme les chatbots sur l’application Facebook Messenger.

Pour autant, l’ACPR encourage les partenariats avec de nouveaux acteurs plutôt qu’une confrontation directe. Différentes formes peuvent être prises comme par exemple « le partenariat commercial » où les start-up proposeraient directement leurs solutions innovantes chez les assureurs en échange d’un financement. Dans tous les cas, les entreprises doivent chercher à « devenir une référence en matière d’expérience client », selon l’Autorité.