En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

61% des Français veulent prendre l’avion cette année

Une étude de la Chaire Pégase a révélé l’envie persistante d’une large majorité de Français de prendre l’avion cette année. Un voyage qu’ils pensent compromis au moins dans les six mois à venir.

voyage avion

Entre le premier déconfinement et le mois d’octobre 2020, seulement 20% des Français déclarent avoir pris l’avion. Un chiffre en nette baisse qui demeure néanmoins conséquent quand on connaît le contexte sanitaire. Une étude de la Chaire Pégase (Montpellier Business School) montre que les 80% n’ayant pas pris l’avion avaient « une absence d’envie ou de besoin ».

La destination principale des passagers aériens en 2020 a été la France métropolitaine pour 70% des sondés, suivie de l’Europe (54%) et l’outre-mer (22%). De plus, on remarque un rétrécissement des délais de réservation. 36% des passagers ont réservé leur billet moins de dix jours avant le vol, alors qu’ils n’étaient que 13% en 2019.

5 destinations atypiques pour des vacances en France
Lire l'article

Les rêves malgré l’incertitude

Mais l’enseignement essentiel de cette étude repose sur les souhaits des Français pour l’année à venir. On apprend en effet que 61% d’entre eux continuent de vouloir prendre l’avion dans les douze prochains mois (versus 63% en 2019). Les vols se feront surtout pour « motifs personnels ». Cependant, 55% des sondés comptent attendre six mois ou plus avant de reprendre l’avion, en raison du contexte.

Les Français se prendraient-ils à rêver, alors que l’on parle de nouveau confinement ? Ils placent en effet l’Europe comme destination principale (71%), suivie de la France métropolitaine (61%) et de l’outre-mer. La Chaire Pégase conclut ainsi : « L’incertitude est probablement la caractéristique qui définit le mieux cette crise. Or si les Français ont encore envie de voyager et de prendre l’avion, leurs intentions restent freinées par l’incertitude ».