En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Assurance Obsèques : beaucoup d’abus dans les contrats

Les autorités appellent à la vigilance : de nombreux contrats d’assurance obsèques jouent sur le flou pour soutirer toujours plus aux assurés. Lisibilité des frais, délais de carence… voici ce qu’il faut vérifier.

Prise en charge sociale des obsèques

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), véritable gendarme des assurances, mène depuis quelques semaines une investigation sur les assurances obsèques et les démarches qui les entourent. Pourquoi ? Il semble que les professionnels du secteur ont des pratiques abusives qui se rapprochent de l’escroquerie. Les principales victimes, de plus, sont souvent des personnes très âgées.

Au total, près de quinze courtiers et gérants de pompes funèbres ont fait l’objet d’une enquête approfondie. L’ACPR remarque que les « souscripteurs pouvaient mal appréhender les garanties proposées » et estime que l’expertise « délivrée par les professionnels en matière d’assurance obsèques doit encore progresser ».

Bien lire avant de signer !

La Fédération française de l’assurance (FFA) évalue à 4 millions le nombre de personnes (âgées ou non) qui ont actuellement souscrit un contrat d’assurance obsèques. Ces assurances, qui tournent autour de 5 000 euros, représentent au global un chiffre d’affaires très lucratif de 1,5 milliard d’euros. « Quand vous avez 90 ans et que vous signez pour 10 ans, c’est une aberration, selon un expert du domaine. (…) Votre famille ne pourra même pas utiliser les fonds du contrat pour vos obsèques ».

L’association 60 millions de consommateurs avait déjà pointé du doigt ces contrats qui frisent l’arnaque. Le délai de carence est notamment dénoncé : « Des assurés se retrouvent sans couverture sur plusieurs mois », explique un connaisseur au journal Les Echos. La principale recommandation des autorités est donc de bien lire toutes les conditions avant de signer.