En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Assurance obsèques : le choix du bénéficiaire

Claire Tourdot - mis à jour le

Choisir le(s) bénéficiaire(s) d’une assurance obsèques ne se fait pas à la légère. Mentionnés avec précision dans le contrat, ces derniers sont en charge d’organiser les funérailles du défunt en puisant dans le capital investi.

Au moment du décès du souscripteur, un contrat d’assurance obsèques débloque un capital destiné à l’organisation des funérailles, afin de soulager les proches du défunt. Pour que cette somme soit utilisée à bon escient, il est essentiel de choisir judicieusement le(s) bénéficiaire(s) du contrat.

Comment désigner un bénéficiaire ?

Mentionnée dans la « clause bénéficiaire », cette personne touche la somme épargnée et est en charge d’organiser les funérailles selon les éventuelles recommandations du défunt. Le bénéficiaire d’un contrat d’assurance obsèques peut prendre deux formes :

  • Une société de pompes funèbres ou un opérateur funéraire ;
  • Un proche.

La plupart des contrats contiennent des clauses standards qu’il suffit de cocher pour automatiquement désigner un ou plusieurs bénéficiaires. Par exemple : « mon conjoint, à défaut mes enfants nés et à naître, vivants ou représentés, à défaut mes héritiers ». Si ces formulations prédéfinies ne conviennent pas au souscripteur, celui-ci est libre de rédiger lui-même sa propre liste de bénéficiaires en l’incluant dans le contrat.

Les bénéficiaires d’une assurance obsèques peuvent être désignés par testament. Dans ce cas, la clause bénéficiaire du contrat d’assurance doit comprendre la mention : « voir testament enregistré chez Maître (nom + adresse) ».

Eviter les ambiguïtés

Pour prévenir toute confusion, il est important d’indiquer clairement le(s) bénéficiaire(s) d’une assurance obsèques en précisant les liens de parentés : conjoints, enfants, sœurs, frères, petits-enfants… La vigilance est de mise si les personnes désignées ne sont pas des membres de la famille (notamment dans le cas d’une union libre) ou que le capital est reversé à une société privée. Il est ainsi recommandé de préciser le nom, prénom, la date de naissance et l’adresse du bénéficiaire, afin d’être certain que les volontés du défunt soient respectées. Au « premier rang » de bénéficiaires peut également être ajouté un « second rang » qui touchera le capital du contrat en cas de d’absence des premiers. Pour finir, il est primordial de spécifier la répartition de l’épargne entre tous les bénéficiaires : cette précision évitera bien des complications aux proches.