Décès d’un proche : comment réagir ?

Les droits de l'assurance obsèques

Suite au décès d’un proche il faut, malgré la douleur, gérer de nombreuses démarches. Voilà un point pour ne rien oublier.

Dans un premier temps

Pour prendre en charge toutes les formalités, il faut attester que vous avez toute qualité pour agir. Soit en faisant établir un acte de notoriété héréditaire par un notaire ou en demandant un certificat d’hérédité à la mairie.

Ensuite, il faire constater le décès par un médecin et s’occuper des volontés du défunt en ce qui concerne le don d’organes ou le don du corps à la science. C’est alors le moment de contacter l’entreprise de pompes funèbres pour l’organisation des obsèques. Par la suite, vous pourrez déclarer le décès à la mairie, sachant que cette déclaration peut aussi être faite par l’entreprise de pompes funèbres. Si le décès a lieu dans une structure médicale, c’est l’établissement qui s’en charge.

Vous devrez préciser à l’entreprise de pompes funèbres comment doivent se dérouler les obsèques selon les dernières volontés du défunt : cérémonie, fleurs, inhumation ou crémation… Vérifiez que le défunt n’a pas déjà lui même tout organisé. Pour régler ces frais, vous pourrez prélever sur le compte bancaire du défunt dans la limite de 5000€ si le solde est suffisant.

La partie administrative

Il y a différents organismes qu’il est important d’informer du décès de votre proche. C’est le cas de la caisse d’assurance maladie à qui il faut demander le versement du capital décès pour les ayants droit, le versement de la rente d’ayant droit d’accidenté du travail ou le remboursement des frais de maladie qui seraient encore dus au défunt. Il faut aussi informer la mutuelle, les organismes versant les prestations familiales, demander des aides pour la famille telles que l’allocation veuvage, de soutien familial, de solidarité aux personnes âgées, de logement, le RSA… Il est possible de faire certaines déclarations jointes sur internet.

Il faut également penser à informer les compagnies d’assurance en charge de l’habitation et du véhicule du défunt, sans oublier de vérifier si vous êtes ou non bénéficiaire d’un contrat d’assurance-vie ou d’assurance décès auprès de l’Agira.

Pensez à informer les banques du défunt pour qu’elles bloquent ses comptes.

Pour l’héritage, il faut déclencher le règlement de la succession en contactant un notaire. Celui-ci pourra vérifier s’il existe ou non un testament et procéder au partage.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres