En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Vélo : dans quelles villes françaises fait-il bon être cycliste ?

L’édition 2019 du Baromètre des villes cyclables vient de paraître. Pour les grandes villes françaises, c’est à Strasbourg et à Grenoble qu’il est le plus agréable de circuler à vélo.

vélo ville

Où fait-il bon être cycliste dans l’Hexagone ? C’est ce que dévoile le Baromètre des villes cyclables publié le 6 février par la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB). Cette étude participative, qui a recueilli près de 185 000 réponses, a permis d’en savoir plus sur la cyclabilité de 768 villes. Seules les communes ayant récolé un minimum de 50 réponses ont été classées.

Et la première place du podium revient à :

  • Strasbourg pour les villes de plus de 200 000 habitants ;
  • Grenoble pour celles de 100 000 à 200 000 habitants ;
  • La Rochelle pour celles de 50 000 à 100 000 habitants ;
  • Illkirch Graffenstaden pour celles de 50 000 à 20 000 habitants ;
  • Saint-Lunaire pour celles de moins de 20 000 habitants.

Du côté des grandes villes, Strasbourg est suivie par Nantes et Rennes. En bas du classement en revanche, on retrouve plusieurs métropoles du sud, à savoir Marseille, Nice et Montpellier.

Un réel sujet pour les municipales

L’enquête participative menée par la FUB n’en est qu’à sa deuxième édition mais connaît déjà un réel engouement. Les réponses enregistrées ont progressé de +63% par rapport à la précédente édition (2017). Preuve que « les citoyens souhaitent un débat sérieux sur la solution vélo déplacement », note le communiqué. La Fédération invite ainsi « la presse, les candidat.e.s et les citoyens à s’emparer des résultats du baromètre pour alimenter les débats dans chaque territoire », notamment à l’approche des municipales.

Les candidats pourront d’ailleurs s’intéresser aux endroits les plus dangereux de leurs villes pour les vélos. C’était en effet une nouveauté de l’enquête : les participants ont pu renseigner 3 « points noirs » et « axes prioritaires » à aménager au plus vite.