En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Une formation pour réduire les accidents entre scooters et vélos

Une association de cyclistes a proposé une solution pour éviter les incivilités sur la route entre les conducteurs de scooter et les autres usagers. Une formation vélo est donc proposée à ces usagers à deux-roues pour les sensibiliser aux dangers et réduire le risque d’accidents.

Un système de « vis ma vie » pour améliorer la sécurité de tous les usagers sur la route. C’est l’idée développée par l’association Mon Vélo Est Une Vie. Elle a ainsi mis en place une formation vélo afin de sensibiliser les conducteurs de deux-roues aux dangers de leur conduite pour les cyclistes, piétons et autres usagers.

« A l’origine, nous réclamions que les auto-écoles fassent pédaler les apprentis conducteurs une heure, mais cela semblait trop compliqué. Alors, nous commençons par les professionnels les plus volontaires », précise le président de l’association Théo Bartuccio. Félix, l’entreprise de motos électriques-taxi, leader du marché, est donc la première à tenter l’expérience.

Une baisse de la prime d’assurance en cas de formation ?

L’objectif est donc ici de placer les motards face aux dangers qu’ils pourraient causer aux cyclistes du fait d’une conduite dangereuse. D’autant plus que d’après la Sécurité routière, la mortalité sur la route augmente de façon générale mais elle est encore plus marquée chez ces usagers. Cette initiative est d’ailleurs saluée par la prévention routière.

Au niveau des premiers retours par les conducteurs de deux-roues, la formation semble porter ses fruits. L’un des premiers formés explique au Parisien qu’«à vélo, on est plus vulnérable qu’à moto, impossible de prendre de la vitesse pour se sortir d’une situation ». Pour la suite, l’association veut convaincre les assurances moto, afin de faire baisser la prime en cas de suivi de la formation.