En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Véligo : le service de location de vélos électriques disponible en septembre

La région Ile-de-France a présenté mercredi un premier bilan de son Plan vélo lancé il y a 2 ans. Afin d’intensifier la pratique de ce deux-roues, la région va proposer dès septembre prochain, un service de location de vélos électriques aux Franciliens, appelé « Véligo ».

Deux millions de déplacements à vélo par jour, c’est l’objectif annoncé de la région Ile-de-France d’ici 2021. Pour ce faire, le conseil régional va mettre en place un service de location longue durée de vélos à assistance électrique (VAE). 10 000 deux-roues seront donc disponibles dès septembre 2019 via le nom « Véligo ».

« Simple et écologique, le vélo à assistance électrique (VAE) représente une alternative crédible à l’automobile pour des trajets d’une dizaine de kilomètres », assure la région dans un communiqué. 7 200 places de stationnement ont d’ores et déjà été créées dans 141 parkings à vélos dans toute l’Ile-de-France.

Développer davantage de pistes cyclables

Deux ans après le lancement de ce Plan Vélo, le conseil régional voit toujours aussi grand. Il veut tripler la pratique de ce deux-roues par rapport à 2010, raison pour laquelle un budget de 100 millions d’euros est alloué jusqu’en 2021. Le but est ici de « financer les investissements nécessaires et subventionner les initiatives des collectivités associées à des partenaires locaux ».

En effet, pour assurer les meilleures conditions de circulation et de sécurité aux cyclistes, la Région va multiplier les actions comme lors de ces deux dernières années. De nouvelles pistes cyclables (178 kilomètres) et des zones dites « partagées » (413 kilomètres) vont être déployées grâce à la généralisation des zones 30 km/h.