En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Serait-ce le bon moment pour passer au vélo électrique ?


Aides financières des entreprises et des collectivités territoriales, aménagements de pistes cyclables, restrictions de circulation… Tout porte à croire que nous sommes dans une période adéquate pour investir dans un vélo électrique. Voici tout ce que vous devez savoir si vous y songez fortement.

Pourquoi un tel engouement pour les vélos électriques ?

Déconfinement oblige, le vélo à assistance électrique (ou VAE) a été vu pour beaucoup comme une nécessité au moment de se déplacer à nouveau. Chez plusieurs acteurs du secteur, on observe donc ces derniers jours une véritable ruée dans leurs enseignes afin de se procurer un de ces nouveaux véhicules électriques individuels (NVEI).

En effet, le recours au vélo électrique est pour beaucoup, notamment en ville, une alternative obligatoire pour éviter de prendre les transports en commun. D’autant plus que de nombreuses municipalités ont mis en place des aménagements de la voirie afin de donner plus de place aux cyclistes sur la route et éviter le recours aux voitures.

Mais un vélo électrique, combien ça coûte ?

Selon le dernier Observatoire du Cycle mené par l’Union Sport & Cycle, le prix moyen d’un VAE était de 1 749€ en 2019. Il s’agit donc d’un investissement conséquent pour un bon nombre de Français, alors que le prix moyen d’un vélo traditionnel est de 566€, soit 3 fois moins cher.

Quelles sont les subventions auxquelles vous pouvez avoir droit ?

Face aux prix de ces deux-roues, un bon nombre d’aides financières, autant nationales que régionales, ont fleuri ces derniers temps afin d’aider les foyers français à s’en équiper. Renseignez-vous auprès de votre commune, votre département ou votre région pour connaître leurs conditions d’obtention. En attendant, voici un petit tour de France de ces subventions (liste non-exhaustive) :

  • 400€ remboursés par la ville de Paris ;
  • 500€ remboursés par Ile-de-France Mobilités mais aussi en Corse ;
  • 25% du prix d’achat jusqu’à 400€ maximum dans les Bouches-du-Rhône ;
  • 25% du prix d’achat jusqu’à 300€ maximum par Lille-Métropole ;
  • 400€ à Blois ;
  • 300€ à Rouen ;
  • 200€ par Nantes Métropole ou via la prime d’Etat (mais seulement pour les personnes à faibles revenus non-imposables et ayant déjà profité d’une aide locale).
Pour rappel, depuis le 11 mai, vous pouvez également bénéficier du chèque-vélo de 50€ pour faire remettre en état tout type de vélo !

Le forfait mobilités durables, kézako ?

La loi d’orientation des mobilités (Lom), via un décret du 11 mai 2020, est venue mettre en place le forfait mobilités durables. Ainsi, comme la partie du forfait de transport en commun prise en charge par l’employeur, vous pouvez désormais demander le remboursement (jusqu’à 400€) de l’achat ou de la location d’un vélo à assistance électrique. Néanmoins, les entreprises n’ont pas l’obligation de le mettre en place pour leurs employés.

Astuce Malynx !

Ce forfait est cumulable avec l’aide de 500€ d’Ile-de-France Mobilités ou avec toutes les aides de collectivités locales !

Comment bien protéger son vélo électrique contre le vol ?

Parce qu’il coûte cher à l’achat, les vélos électriques attirent malheureusement des personnes mal intentionnées. En effet, la hantise de tout cycliste est de se faire voler son bolide. Il est donc nécessaire de réfléchir à une couverture adaptée lorsque vous réalisez cet investissement.

Votre assurance multirisques habitation (MRH) peut vous couvrir en cas de vol par effraction au sein de votre logement ou dans les dépendances couvertes par votre contrat. Cependant, cette assurance ne vous indemnisera pas s’il est dérobé à l’extérieur de chez vous. Il peut donc être judicieux de prendre une couverture dédiée à votre vélo électrique.

Et si cela ne suffit pas à vous rassurer, vous pouvez également avoir recours à :

  • Un antivol afin de relier votre deux-roues à un point fixe ;
  • Une immatriculation « Bicycode » auprès de la Fédération française des usagers de la bicyclettes (FUB) sous forme de gravure ou de tatouage ;
  • Un tracker ou un mouchard.
Cet article vous a-t-il été utile ?