En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Le marché de la trottinette électrique en plein essor en 2018

Les ventes de trottinettes électriques ont explosé en 2018, avec une progression de +129% par rapport à 2017. Un succès qui s’explique notamment par des prix en baisse.

trottinette electrique

2018 aura été une excellente année pour le marché de la trottinette électrique. D’après une étude publiée lundi 1er avril par la FP2M, la fédération des professionnels du secteur et révélée par Le Figaro, près de 233 000 trottinettes électriques ont été vendues l’année dernière. Cela représente une hausse de 129% par rapport à 2017.

Si les trottinettes mécaniques sont toujours les plus vendues, avec 1 million d’unités écoulées en 2018, leurs ventes sont en recul (-20% par rapport à 2017). « Il y a un vrai basculement sur l’électrique, et sur la mobilité urbaine qui prend le pas sur la mobilité loisirs », explique à l’AFP Jean Ambert, directeur général de Smart Mobility Lab.

Pour rappel, les trottinettes électriques doivent être assurées, par exemple en contactant une compagnie qui propose des assurances moto.

Des prix en baisse

Pour expliquer l’engouement autour des trottinettes électriques et des nouveaux véhicules électriques individuels de manière plus globale, la FP2M évoque le facteur prix. Entre 2016 et 2018, le prix moyen d’une trottinette électrique est passé de 767€ à 477€. Ces engins, « très maniables et très mobiles », permettent également de répondre à « un besoin de ponctualité qui n’est pas rendu possible par les transports publics ou par les voitures », constate Jean Ambert.

Le développement des engins de déplacement personnels pose tout de même des questions en termes de sécurité et de réglementation. La loi d’Orientation sur les mobilités (LOM) doit justement permettre de réfléchir à ces nouvelles problématiques et créer une catégorie spécifique dans le Code de la route.