En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Trottinette électrique en libre-accès : est-ce réellement écologique ?

Une étude parue dans le magazine scientifique américain IOP a tenté de savoir si la trottinette électrique en partage était réellement écologique ou non. Résultat : le bilan est plus que mitigé.

Souvent louée comme moyen de mobilité plus écologique, est-ce que la trottinette électrique l’est vraiment ? C’est la question à laquelle a tenté de répondre une étude américaine publiée dans la revue scientifique IOP. Elle s’est attachée à calculer les émissions de CO2 de ce deux-roues en libre-accès, de sa fabrication à son entretien.

Fort logiquement, la trottinette électrique ne pollue quasiment pas à l’usage mais le bilan est davantage contrasté dans son ensemble. En effet, 50% des émissions de CO2 sont issues de sa fabrication, de ses matériaux et de son acheminement. Or, 43% proviennent de son entretien, notamment lors de la collecte tous les soirs.

Le vélo personnel est davantage écolo

C’est ici tout le paradoxe de ces nouveaux véhicules électriques individuels en partage. Son entretien vient quasiment annuler son caractère écologique à l’usage. Plusieurs solutions pour réduire cette empreinte sont donc avancées comme ne récolter que les trottinettes électriques les plus déchargées ou encore rallonger leur espérance de vie.

D’autre part, l’étude précise que le vélo personnel est le type de mobilité le plus écologique autant à l’usage qu’à l’entretien. Enfin, à l’inverse des trottinettes, la voiture est le seul moyen de transport réduisant ses émissions de CO2 seulement lorsqu’il est partagé.