En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Trottinette électrique : les règles avant de se lancer

Claire Tourdot - mis à jour le

Plus rapide que d’utiliser ses pieds, moins cher que d’acheter un scooter, la trottinette électrique envahit les villes pour faciliter les déplacements au quotidien. Si l’engin s’adresse à tous les publics, quelques règles et formalités sont néanmoins à respecter.

Trottinettes de plus de 25 km/h : une homologation obligatoire

Surfant sur la tendance green, la trottinette électrique est un nouveau moyen de locomotion de plus en plus apprécié en milieu urbain. Mais le quid du trottoir ou de la route reste pour l’instant difficile à trancher : quel voie emprunter lorsque la trottinette est dotée d’un petit moteur électrique, mais n’affiche pas de plaques d’immatriculation ?

Si l’on se réfère au Code de la route, les véhicules dépassant les 25 km/h sont tenus de circuler sur la route (sur la voie réservée aux cyclistes ou à droite de la chaussée). De plus, ils ne peuvent être mis en circulation que s’ils sont homologués. Les propriétaires de trottinettes électriques sont ainsi tenus d’adresser une déclaration auprès du Ministère de l’intérieur qui leur permettra d’obtenir un numéro d’identification unique à faire graver sur une partie inamovible de l’engin.

En cas de contrôle, les trottinettes sont soumises à la législation française relative aux véhicules à moteur de deux ou trois roues et aux quadricycles à moteur. Dans ce sens, leur certificat de conformité communautaire doit être à jour. Objectif de ce document officiel : prouver que le véhicule est conforme à la réglementation en termes de sécurité et ne constitue pas un danger pour soi ou autrui. En cas d’absence de certificat, le propriétaire encoure une contravention de 4e classe qui peut grimper jusqu’à 750 €.

Les règles pour la conduite de trottinettes électriques

Les trottinettes électroniques circulant à basse vitesse sont tolérées sur les trottoirs.

Assurer une trottinette électrique

Tout comme il est nécessaire de souscrire un contrat d’assurance pour une voiture ou une moto, les trottinettes électriques de plus de 25 km/h doivent être protégées – au minimum – par un contrat comprenant une garantie responsabilité civile. Cette protection couvre au quotidien les dégâts corporels et matériels que le propriétaire de la trottinette peut causer à une personne tierce.

Attention, toutes les compagnies d’assurance ne prennent pas en charge ce type d’engin. Il est important d’interroger différents prestataires pour trouver le contrat le mieux adapté à chaque situation.

Astuce Malynx !

Il n’est pas nécessaire d’être titulaire du permis de conduire pour conduire une trottinette électrique. Pour les modèles homologués, la seule obligation est d’être âgé d’au moins 14 ans.