En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les nouveaux véhicules électriques individuels divisent les Français

Trottinettes électriques, gyropodes, hoverboards… Les nouveaux véhicules électriques sont de plus en plus nombreux. S’ils séduisent les Français, ils les inquiètent aussi, d’après un sondage récent.

trotinette electrique

Les NVEI, ou nouveaux véhicules électriques individuels, sont-ils connus des Français ? D’après une étude Odoxa pour Eurofil, plus d’1 personne sur 2 en a déjà entendu parler. Certains véhicules demeurent toutefois plus populaires que d’autres : la trottinette électrique est la plus connue (90%), suivie par l’hoverboard (59%) et le mono-roue électrique (56%).

En revanche, les NVEI sont encore peu présents dans le paysage des transports. Seuls 3% des sondés déclarent en utiliser, ce qui représente environ 1,5 million d’usagers en France. Les NVEI ont tout de même un fort potentiel de développement : 17% des non-utilisateurs envisagent de les utiliser. Ce chiffre grimpe même à 30% chez les 18-34 ans et les cadres.

Des avis encore nuancés

D’après le sondage, les NVEI séduisent autant qu’ils inquiètent. Pour certains, ils sont des objets de loisirs (35%), permettent de se déplacer plus rapidement (24%) et sont écologiques (22%). Mais de nombreux sondés émettent aussi des réserves : 86% les trouvent chers et 59% pas adaptés à la circulation. Le risque est également pointé du doigt, aussi bien pour les piétons (75%) que pour les deux-roues et automobilistes (73%) et les utilisateurs eux-mêmes (69%).

Côté sécurité, les Français sont encore sceptiques. 82% d’entre eux estiment que l’utilisation des NVEI est peu ou pas du tout réglementée. Ils sont aussi 36% à penser à tort que leur assurance habitation ou auto les couvre automatiquement en cas d’accident à bord d’un NVEI.

Si le NVEI dépasse les 6 km/h, il est obligatoire de souscrire une assurance. Les assurés optent le plus souvent pour un contrat d’assurance moto.