En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les motards corses s’attaquent aux ralentisseurs dangereux

La branche corse de la Fédération française des motards en colère (FFMC) a mandaté des huissiers pour vérifier la conformité des ralentisseurs du pays ajaccien. Une action qui pourra déboucher sur leur démolition.

ralentisseur dos ane

Ajaccio est le théâtre d’un conflit juridique entre les Motards en colère corses et le dispositif de ralentisseurs établi sur le territoire. En cause, la mort de 19 motards en 2019 et l’endommagement de nombreuses motos lors du franchissement de ces ralentisseurs. Sur des voies limitées à 30km/h, il faut limiter sa vitesse à 10 ou 15km/h, faute de quoi le conducteur court un danger.

En avril 2020, déjà, une action avait été menée contre ces ralentisseurs. Le club local des Corsican Riders et la FFMC avaient marqué ceux qui étaient non conformes avec une bombe aérosol. Sans succès. Ils ont donc décidé de passer à la vitesse supérieure en portant plainte auprès de la procureure de la République et exiger la démolition des ralentisseurs incriminés.

Va-t-on vers l’interdiction des motos en ville ?
Lire l'article

Des ralentisseurs qui atteignent 25 cm

Pour mener à bien leur action, les Motards en colère prévoient de confier à deux huissiers le soin de vérifier la conformité de certains ralentisseurs. Selon Jean-Paul Colonna-Cesari, interrogé par Corse Matin, le pays ajaccien compte des dos d’âne qui atteignent 17 à 25 centimètres, en particulier sur le bord de mer – de la gare maritime aux Sanguinaires.

Cette opération devrait se dérouler le 4 octobre et s’appuiera sur l’association d’automobilistes « Pour une mobilité sereine et durable » (PUMSD). « Ils connaissent les actions que nous menons et notre expertise sur le sujet. L’an dernier, nous avons aussi épaulé la FFMC du Var », explique Thierry Modolo, président du PUMSD. Les élus ajacciens, qui avaient promis de faire les travaux en avril, seront donc mis face à leurs responsabilités. Sous peine de voir ce conflit se corser.