Rouler en moto cet été : comment prendre la route en toute sérénité ?


Les fortes températures relevées la semaine passée nous l’ont rappelé : l’été est bien là ! L’occasion pour les motards d’enfiler leur casque et leur blouson pour voguer vers de nouveaux horizons. Que vous soyez pilote de moto amateur ou chevronné, LeLynx.fr vous propose une petite piqûre de rappel quant aux réflexes à adopter pour prendre la route en toute sérénité cet été !

Considérations générales

Avec les beaux jours qui refont leur appariation, nombreux sont les motards souhaitant profiter de leur deux-roues. Il faut dire que les conditions et donc les sensations de conduite en moto sont plus favorables qu’en hiver, période à laquelle il faut rouler avec la pluie, le vent, la neige et parfois la grêle.

Rouler en moto cet été comment prendre la route en toute sérénité

Cela ne veut pas pour autant dire que la vigilance ne doit pas être de mise ! Hydratez-vous en conséquence (pour transpirer et rafraîchir le corps) surtout si le mercure augmente. Été n’est pas forcément synonyme de temps sec en toutes circonstances : il est possible qu’il pleuve là où vous vous rendez. En conséquence, pensez à prendre avec vous une veste de type coupe-vent.

Aussi, le choix du casque est on ne peut plus important. S’il reste évidemment indispensable, il est tout de même possible d’en choisir un adapté en fonction de la saison estivale. Pensez au « casque jet », un modèle dont le poids est revu à la baisse. Il est également plus aéré mais offre moins de garanties de protection en cas de chute, notamment au niveau du menton, partie où le casque est ouvert. À l’inverse, le casque modulable possède, comme son nom l’indique, une mentonnière pouvant être remontée. Mais gardez à l’esprit qu’il est également plus lourd.

Ne vous prenez plus la tête, voici comment bien choisir son casque moto !
Lire l'article

Enfin, soyez « stratégique » dans votre conduite : adaptez votre allure si vous pouvez vous le permettre dans le but d’éviter autant que possible les moments où vous devez rester statique. Cette phase n’est pas des plus agréables surtout lorsqu’il fait plus de 30 degrés !

Voici, par ailleurs, ce à quoi vous devez faire attention avant de prendre la route.

1. La batterie

Obéissant aux mêmes principes que celle d’une voiture, la batterie de votre moto fait partie des composants clés à vérifier. Vous assurant évidemment le démarrage de celle-ci mais également de nombreuses fonctions indispensables (clignotants, éclairages, radio et GPS embarqué…), elle ne doit pas être négligée. En effet, après de longs mois à l’arrêt, il se pourrait bien que son niveau de charge soit insuffisant pour vous assurer un trajet en toute sérénité. On préconise d’ailleurs d’allumer son moteur de temps à autre en hiver, afin que la batterie de votre véhicule ne se vide pas. Cela ne fera qu’augmenter sa durée de vie.

2. Les pneus

Les pneus font également partie de ces éléments à vérifier impérativement tant ils subissent l’usure du temps et que leur gonflage est directement corrélée à votre sécurité. Contrôlez la pression des pneus en vous assurant qu’elle est de 2,2 bars pour une moto plutôt sportive et entre 2,6 et 2,9 bars pour les motos de type routières. N’hésitez pas à ajouter 200 g lors du gonflage s’il fait particulièrement froid là où vous vous rendez. Aussi, n’hésitez pas à en faire de même et à gonfler davantage le pneu arrière qu’avant si vous roulez à deux.

La vérification de la pression ne suffit pas ! Contrôler l’état des pneumatiques est tout aussi important. Ces derniers pourraient faire l’objet de déchirures ou craquelures.

3. La chaîne de transmission

La lubrification de la chaîne de transmission de votre moto est importante. Un mauvais entretien aura pour conséquence une mauvaise tenue de route ainsi que des bruits pouvant devenir désagréables à la longue. N’hésitez pas, par ailleurs, à préalablement nettoyer votre chaîne avant de la lubrifier pour que la graisse appliquée soit la plus efficace possible.

Astuce Malynx !

N’oubliez pas le nettoyage des câbles, axes d’articulation des leviers et autres pédales afin de pouvoir profiter au mieux de votre engin.

 

4. Les niveaux

Huile, liquide de frein… Avez-vous bien vérifié les niveaux des différents liquides de votre moto ? Aussi, au-delà de la quantité de fluide restant et son état, jetez un œil aux différents réservoirs afin de vous assurer qu’il n’y ait aucune fuite. 

5. Les freins

Contrôler le niveau du liquide de frein de sa moto fait partie des impératifs à respecter avant de prendre la route. Si ce niveau est bas, il y a fort à parier que vos plaquettes de frein sont à changer. Sachez en outre qu’une pédale de frein arrière trop molle est synonyme d’usure avancée de desdits freins. 

Vérifiez le niveau du liquide de frein avant en consultant le boîtier situé sur le guidon de la plupart des motos. Pour le freinage arrière, jetez un œil au-dessus de votre roue arrière, sur le côté droit. Ne prenez pas le risque de rouler de longs kilomètres si la jauge du boîtier est située en dessous du niveau lower, à savoir le niveau le plus bas ou presque.

Comment rouler en moto quand il fait chaud l’été ?

Rouler en moto cet été comment prendre la route en toute sérénité chaud

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il est contre-productif de moins s’habiller en période de forte chaleur. En effet, les brûlures et autres coups de soleil sont vite arrivés sous des températures avoisinant les 35-40 degrés. Il est également important de se vêtir en conséquence dans le cadre de la conduite de sa moto pour des raisons évidentes : mieux vaut porter un blouson (homologué) et bardée de protections que de ne rouler qu’en t-shirt, car une glissade, même à faible allure, peut s’avérer très dangereuse.

Toutefois, sachez qu’il existe des blousons et autres gants estampillés « Air » ou « Cooler » permettant de rester au frais tout en étant protégé en cas de chute. 

Équipez-vous, à l’image d’un coureur, d’un sac d’hydratation (portant également le nom de la marque Camelback) vous permettant de boire par petites gorgées régulièrement. 

Vous devrez également redoubler de vigilance de manière générale durant la saison estivale tant les dangers sont nombreux et importants. Vous n’êtes pas à l’abri d’autres motards ou automobilistes dont la chaleur accroît la fatigue, de la (trop) forte luminosité ou encore d’une déformation de la route à la suite d’un épisode de très forte chaleur.

Qu’est-ce que le verglas d’été ? Il survient après une période sèche durant laquelle de nombreuses petites particules se sont accumulées sur la route. La pluie se faisant rare, ces dernières ne sont pas évacuées et forment un second revêtement qui peut devenir très glissant en cas de fine pluie.

Êtes-vous à jour sur votre assurance moto ?

Si l’idéal est de se pencher sur son contrat d’assurance moto dès l’arrivée du printemps, il n’est jamais trop tard pour le faire ! Peut-être que vos impératifs ont évolué depuis cet hiver ? Le cas échéant, n’hésitez pas à vous tourner vers un comparateur pour mettre en perspective l’ensemble des contrats d’assurance moto et trouver celui qui sera à la fois le plus adapté à vos besoins et le plus compétitif.

Pensez par ailleurs à l’assurance moto saisonnière ! Celle-ci peut se révéler avantageuse si vous ne roulez qu’au printemps et en été. Vous pourrez profiter de garanties encore plus intéressantes à un prix qui le sera tout autant !

Moto : quel modèle est fait pour vous ?
Lire l'article