En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Le gouvernement veut davantage protéger et responsabiliser les motards

Dans le cadre des changements sur la sécurité routière, le Premier ministre a détaillé des nouvelles mesures pour baisser la mortalité en moto sur la route. Il appelle ainsi à un meilleur équipement des usagers de deux-roues et à des nouveautés sur la formation.

Une voiture et une moto

« Sauvons plus de vies sur nos routes ». C’est le principal message délivré par le Premier ministre Edouard Philippe, lors de la présentation des mesures mises en place sur la sécurité routière. Les usagers des deux-roues ont été particulièrement ciblés du fait de leur plus grande exposition aux risques d’accident.

En effet, les motards représentent 21% de la mortalité routière et un peu moins de la moitié des accidents graves (44%) en France. Entre novembre 2016 et 2017, 688 décès de conducteurs de deux-roues ont été recensés. Un chiffre en hausse, signe d’un manque de sensibilisation à la sécurité routière.

Un meilleur équipement et une réforme sur la formation

Le Premier ministre a ainsi présenté 4 mesures pour baisser cette mortalité touchant les motards :

  • « Autoriser l’allumage de jour » des feux de brouillard, d’ici 2018 ;
  • Favoriser un meilleur équipement avec le port de bottes et une protection gonflable (airbag) au niveau du thorax/abdomen, accompagné d’une sensibilisation à leur utilisation dès la formation en moto-écoles, d’ici 2018 ;
  • Revoir les modalités d’examen pour les catégories de permis A1 et A2, mais également pour les formations de 7 heures pour passer au permis A, d’ici 2019 ;
  • Mettre en place un « rendez-vous pédagogique » avec les parents d’un enfant mineur candidat au permis AM (ou BSR), à l’image de la conduite accompagnée pour l’auto, d’ici 2018.

Crédits : gouvernement.fr