En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Des radars antibruit pour lutter contre les nuisances sonores en Ile-de-France

Plusieurs villes d’Ile-de-France se sont équipées de radars antibruit. Le but : mieux lutter contre les nuisances sonores, et notamment celles des motos, comme les rodéos urbains.

moto

Des radars d’un nouveau genre. L’Ile-de-France teste de nouveaux dispositifs, non pas pour mesurer la vitesse des usagers de la route, mais le bruit. Fin juillet, un radar antibruit avait déjà été installé dans les Yvelines, à Saint-Forget, et un autre l’est depuis peu dans le Val de Marne, à Villeneuve-le-Roi.

L’objectif : pouvoir verbaliser les nuisances sonores, et notamment celles liées aux rodéos des conducteurs de deux-roues. Le radar, baptisé « Méduse », a été développé par l’association Bruitparif. Il dispose de 4 micros, capables de capter le niveau de décibels. « Nous avons conçu une technologie qui permet de voir la provenance du bruit, donc d’avoir la trace acoustique d’un engin », expliquait à BFMTV Fanny Mietlicki, directrice de Bruitparif.

Une législation à faire évoluer

Pour autant, pour que les radars antibruit puissent réellement verbaliser les motards, conducteurs de scooters ou autres usagers de la route, il faudra attendre quelques évolutions législatives, prévues pour l’automne. La loi d’orientation des mobilités (LOM) doit contenir un amendement à ce sujet et le Conseil d’Etat devra ensuite prendre un décret pour encadrer les niveaux sonores maximaux, rapporte BFMTV.

Actuellement, le Code de la Route donne peu de précision par rapport aux niveaux sonores autorisés pour les véhicules à moteur. D’après l’article R.318-3, les conducteurs ne doivent pas « émettre de bruits susceptibles de causer une gêne aux usagers de la route, ou aux riverains ». Reste à savoir comment statueront les autorités.