Contrôle technique moto : énième coup de frein… mais de nouvelles mesures alternatives !

Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux Transports, a annoncé ce mercredi 24 novembre la mise en place d’alternatives au contrôle technique des motos. Ce dernier devait devenir obligatoire à compter de janvier 2023 mais il ne cesse d’être retardé. Prime à la conversion, nouveaux radars et dispositif de sécurité, en quoi consistent exactement ces mesures ?

Moto

Mauvaise élève de la classe européenne, la France disposait bien d’un délai à rallonge, neuf années exactement, pour que le contrôle technique des deux roues de plus de 125 cm3 et des voitures sans permis soit effectif ! Le bonnet d’âne revient également aux Pays-Bas, à l’Irlande et à la Finlande, qui repoussent l’échéance depuis l’entrée en vigueur de la directive de Bruxelles le 3 avril 2014.

Sur le territoire français, les communautés de motards ont obtenu gain de cause à force de manifestations et contestations. Le report de cette mesure est presque devenu une habitude pour le gouvernement, à l’image de la dernière révocation du décret par Emmanuel Macron, en août 2021.

Des mesures alternatives qui répondent aux « enjeux de sécurité routière, de lutte contre la pollution et le bruit »

L’annonce de cet énième prolongement à propos de la législation des motos a cependant été accompagnée de nouvelles mesures efficaces, selon le ministère des Transports, à savoir :

  • Une prime à la conversion pouvant atteindre les 6000 € : sans conditions de revenus exigées, cette prime incite à l’achat de deux-roues électrique ou à l’impact polluant minimal ;
  • De nouveaux radars pour contrôler les émissions sonores : installés premièrement dans un but pédagogique, ils doivent surtout appuyer le contrôle des « pots d’échappement non homologués ou trafiqués », éléments qui peuvent être sanctionnés par une amende de plus de 1500 € ou même par une immobilisation de la moto ;
  • Un système de sécurité renforcé : cette mesure relève de la Sécurité routière à plus large titre. Elle passe aussi bien par la vigilance accrue sur le port des gants, l’adaptation du permis de voiture (B), pour sensibiliser à la sécurité des motards sur la route, mais également par un dispositif revisité concernant la signalisation des angles morts sur les « véhicules lourds ».

Présentées aux fédérations de motards le 24 novembre, ces mesures seront soumises dans les prochains jours à la Commission européenne, d’après Jean-Baptiste Djebbari. À défaut d’être une affaire qui roule (pour l’instant), c’est donc une affaire à suivre.