Deux roues : inauguration d’un radar anti-bruit en Vallée de Chevreuse !

À partir d’aujourd’hui, mardi 4 janvier 2022, motos et autres deux-roues sont priés de garder le silence ! Un radar anti-bruit vient d’être installé en Vallée de Chevreuse, à Saint Lambert, sous le regard de la ministre de la Transition Ecologique, Barbara Pompili.

moto bruit

La lutte contre la pollution sonore a bien débuté sur la route départementale 46 en plein cœur des Yvelines. Motos et scooters doivent donc rouler sans bruit excessif sur cette route sous peine de se voir attribuer une amende de 135 euros en cas de dépassement !

L’installation de ce radar anti-bruit fait office de test avant une certaine multiplication dans le pays. Même si le choix de cette route, particulièrement empruntée par les deux-roues, n’est pas anodin, ce n’est toutefois pas une grande première. Sept autres villes sont également en phase de test : Saint-Forget, Villeneuve-le-Roi, Rueil-Malmaison, Bron, Paris, Nice et Toulouse.

Pour chaque zone concernée, trois radars issus de trois constructeurs différents sont placés côte à côte sur des routes limitées à 50 km/h et situées en agglomération.

Le radar anti-bruit : un fonctionnement proche du radar de vitesse

Comment fonctionne exactement ce radar anti-bruit ? Presque comme un radar contrôlant les excès de vitesse. S’il détecte un dépassement sonore, il décrypte directement la plaque du deux-roues en question.

Le Code de la route oblige déjà tous les conducteurs à respecter un certain seuil sonore. Ceux-ci ne doivent pas « émettre de bruits susceptibles de causer une gêne aux usagers de la route, ou aux riverains ». Cette affirmation est doublée d’une sanction de 68 euros s’il n’y a pas de contrôle et de 135 euros s’il y a un contrôle.

Pour les conducteurs de deux-roues, la limite à ne pas dépasser est de 72 dB. Il existe toutefois quelques exceptions pour les engins plus volumineux et puissants.

La réglementation du volume sonore intervient surtout pour les motos qui sont à l’origine d’un bruit oscillant entre 120 et 130 dB, similaire à celui d’un avion qui effectue un décollage ! Certains motards modifient même parfois le silencieux d’échappement, la pièce qui amortit justement le bruit provoqué par la décompression des gaz du moteur, afin de gagner quelques chevaux-vapeur… et vrombir de plus belle.

Aucune verbalisation n’est à prévoir durant la phase de test, mais les premières amendes vont certainement voir le jour d’ici la fin de l’année 2022.