En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Contrôle technique moto : sera-t-il bientôt obligatoire ?

L’Union européenne impose aux pays membres l’instauration d’un contrôle technique obligatoire pour les motos, scooters et quads. La France est le dernier pays qui ne l’a pas encore adopté.

Indemnisation moto

Le contrôle technique moto n’est pas encore obligatoire en France, mais il pourrait le devenir bientôt. En effet, l’Union européenne a accordé un délai de deux ans – jusqu’en 2022 – pour que les pays membres adopte cette nouvelle législation. La Belgique était l’un des derniers pays à repousser l’échéance, mais vient d’annoncer une obligation à compter du 1er janvier 2022.

Dernier bastion où la mesure n’est pas encore prise, la France va très certainement se pencher sur cette directive dans les mois à venir. Le but étant de réduire les risques d’accident. Tout propriétaire de moto, scooter ou quad devra vérifier l’état de fonctionnement des freins, éclairage, pneus, direction, cadre, pollution sonore et émission de CO2.

Est-ce possible d’éviter la directive ?

Tout comme les contrôles techniques imposés aux automobilistes, cet examen des deux-roues devra être réalisé tous les deux ans pour les véhicules de plus de quatre ans. La France s’y prépare depuis longtemps… 2007 pour être précis. A l’époque, l’Observatoire national interministériel de la Sécurité routière (Onisr) préconisait un contrôle des motos, suivi en 2008 par le Conseil des Ponts et Chaussées.

En 2017, le contrôle technique devait entrer en vigueur en France, mais le gouvernement a retiré la réforme face à l’opposition des associations de motards. Qu’est-ce qui sera décidé quant à la nouvelle réglementation européenne ? Les associations n’ont pas changé leurs positions. La Fédération française des motards en colère estime que les motos sont très bien entretenues. Seul moyen d’échapper à la directive : il faudrait que la France prouve une baisse importante des accidents depuis 2017.