En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Couloirs de bus : qui peut y circuler ?

Claire Tourdot - mis à jour le

Les voies réservées aux bus existent en ville pour faciliter la circulation des véhicules de transport en commun. Mais en cas d’embouteillage, il est tentant de s’y engouffrer pour échapper à l’encombrement du trafic. Motos, cyclistes, taxis… quels sont ces autres véhicules autorisés à emprunter les couloirs de bus ?

Une voie réservée aux bus

Si on se penche sur le Code de la route, l’article R412-7 est formel : « Lorsque, sur la chaussée, une voie de circulation réservée à certaines catégories de véhicules est matérialisée, les conducteurs d’autres catégories de véhicules ne doivent pas circuler sur cette voie. » Cette règle s’applique ainsi aux couloirs de bus, lorsqu’ils sont matérialisés par un marquage au sol et/ou un panneau de signalisation.

Les usagers de la route qui ne respecteraient pas ces conditions encourent une amende de 135 €, dans le cadre d’une infraction de 4e classe.  Seule exception accordée : les véhicules d’intérêt général, comme les pompiers, le SAMU ou les ambulances. Ces derniers sont autorisés à circuler dans les couloirs réservés aux bus lorsqu’ils « font usage de leurs avertisseurs spéciaux dans les cas nécessités par l’urgence de leur mission et sous réserve de ne pas mettre en danger les autres usagers » (article R-432-2 du Code de la route).

Astuce Malynx !

Interdiction de circuler ne signifie pas interdiction de traverser : automobilistes, motards, piétons et cyclistes ont le droit de franchir les couloirs de bus dans les passages prévus à cet effet.

Des règles assouplies dans certaines grandes villes

Face à un couloir de bus vide, les conducteurs de motos et de scooters peuvent parfois hésiter à changer de voie pour pouvoir circuler plus librement. Il n’est pas rare d’observer cette pratique en agglomération et pourtant, elle est strictement interdite.

En revanche, la plupart des villes tolèrent certains usagers dans les couloirs de bus :

  • Les taxis peuvent généralement les emprunter grâce à leur licence et le caractère « reconnaissable » de leur véhicule qui rend applicable cette tolérance. A noter que les VTC en sont, eux, exclus ;
  • Les vélos bénéficient d’un droit de circuler dans certaines voies de bus. A Paris, par exemple, seules les couloirs dont la largeur permet un dépassement des cyclistes par les bus sont accessibles aux vélos. Il revient aux cyclistes d’ouvrir l’œil : ces indications sont signalées au moyen de panneaux représentant un vélo barré ou non.