En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus et vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Moto : les règles de stationnement

Claire Tourdot - mis à jour le

Moins volumineux que les voitures, les scooters et les motos présentent l’avantage de se faufiler aisément en milieu urbain. Mais pour stationner sans mauvaise surprise, quelques règles sont à connaître.

Des emplacements réservés à privilégier

Dans les grandes villes, les conducteurs de deux-roues n’échappent pas à la chasse au trésor qu’est devenue la recherche d’une place de stationnement. Si les agglomérations mettent à disposition un certains nombres d’emplacements réservés, ces zones se révèlent le plus souvent insuffisantes, obligeant les motards à déborder sur les trottoirs.

Néanmoins, cette entorse au Code de la route n’est pas toujours tolérée par les forces de l’ordre. De même, il est interdit de stationner sur les pistes cyclables, les voies réservées aux véhicules lents, les couloirs d’autobus, ou encore les passages piétons.  L’article R417-10 peut être invoqué pour forcer les conducteurs de motos et de scooter à déplacer leur engin.

En cas de stationnement gênant, le motard est passible d’une amende de 35 €, voire de l’immobilisation ou de la mise en fourrière du deux-roues. Mieux vaut donc sillonner un peu plus soigneusement les rues pour trouver une place autorisée.

Astuce Malynx !

Le stationnement gênant est une contravention instantanée et non pas continue : elle ne cesse que par l’enlèvement de la moto. Dès lors, il est impossible d’être verbalisé plusieurs fois pour le même stationnement gênant.

Non-respect des règles : l’assurance moto remise en question

Principal avantage des zones réservées : elles sont équipées de points fixes permettant de protéger efficacement sa moto par un cadenas. Ce détail est d’une grande importance pour les compagnies d’assurance deux-roues. En effet, le motard qui souscrit une garantie contre le vol n’est indemnisé que s’il prend la précaution de stationner son deux-roues sur ces emplacements.

Par ailleurs, les assureurs se dégagent de toutes responsabilités en cas de dégâts matériels ou corporels causés par le non-respect des règles de stationnement (chute du deux-roues sur le trottoir, dommages résultant de son enlèvement lors de la mise en fourrière…).