En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Acheter une moto d’occasion : les consignes à suivre

Claire Tourdot - mis à jour le

Auprès d’un particulier comme d’un concessionnaire, l’achat d’une moto d’occasion s’accompagne inévitablement de formalités plus ou moins fastidieuses à accomplir. Démarches administratives, assurance moto, immatriculation… focus sur les points à ne pas négliger pour effectuer une vraie bonne affaire.

Réunir les papiers obligatoires du véhicule

Lors de l’achat d’une moto ou d’un scooter d’occasion auprès d’un établissement professionnel, le vendeur entreprend toutes les formalités administratives. Un service qui se répercute inévitablement sur le prix de vente, mais qui offre l’avantage de pouvoir circuler en toute légalité dès le moment de l’achat.

Autrement, dans le cas d’une vente entre particuliers, les démarches sont laissées à la charge de l’acheteur. A lui d’ouvrir l’œil pour que la vente s’effectue sans accroc. Aussi, il est recommandé de ne jamais conclure une offre avant que le vendeur ait présenté toutes les pièces administratives relatives au deux-roues. Ces documents sont en effet nécessaires pour rendre légale la vente et procéder à l’immatriculation de l’engin :

  • Le certificat de cession. Cette attestation disponible auprès des administrations ou sur le site Service-public.fr mentionne les spécificités de la moto d’occasion, y compris le kilométrage au compteur, ainsi que la date de la vente ;
  • Le certificat de situation administrative (ou certificat de non-gage). Délivré sous 15 jours par la préfecture, ce document atteste que le deux-roues n’est ni volé, ni mis en gage auprès d’un organisme tiers. Une véritable sécurité pour l’acheteur ;
  • Le certificat d’immatriculation (ex-carte grise). « Carte d’identité » de la moto ou du scooter, ce papier officiel doit être barré et porter la mention « Vendue le… » suivie de la signature du vendeur. Depuis 2009, un coupon détachable permet au nouvel acquéreur de circuler légalement pendant 1 mois, le temps de faire une nouvelle demande de carte grise.
Astuce Malynx !

Bien que facultatif, consulter le carnet d’entretien du deux-roues peut être un bon moyen de juger des réparations effectuées et de l’état général de l’engin.

Faire une demande de certificat d’immatriculation

La vente effectuée en bonne et due forme, l’acheteur dispose d’un délai d’1 mois (à partir de la date inscrite sur le certificat de cession) pour immatriculer sa nouvelle cylindrée et effectuer une demande de carte grise à la préfecture. Le dossier transmis à l’administration doit comporter les pièces justificatives suivantes :

  • L’ancien certificat d’immatriculation ;
  • Un justificatif d’identité ;
  • Un justificatif de domicile ;
  • Un chèque en règlement de la taxe due.

Selon le département de résidence et la puissance fiscale du deux-roues, le prix du certificat d’immatriculation peut être bien différent. Avoisinant une centaine d’euros pour les modèles les plus puissants, son coût est à inclure dans le budget total de l’achat. Le délai d’envoi sous pli sécurisé est lui aussi variable : il faut compter de 15 jours à 1 mois en fonction des zones géographiques. Par ailleurs, si la moto ou le scooter a été immatriculé après le 15 octobre 2009, inutile de changer de plaque d’immatriculation : celle-ci est valable à vie !

Choisir un contrat d’assurance moto

Dernière formalité avant de tracer la route au guidon de son nouvel engin : souscrire une assurance deux-roues. Tout comme il est nécessaire de protéger une voiture au moyen d’un contrat incluant – au minimum – une garantie responsabilité civile, les motards sont dans l’obligation de contracter une assurance afin de prévenir les dommages et sinistres éventuels.

Lorsqu’il s’agit d’un deux-roues d’occasion, il est le plus souvent avantageux d’opter pour un contrat « au tiers » ou « intermédiaire » : l’assuré bénéficie alors d’une protection de base à un prix bon raisonnable. Ces formules peuvent par la suite être complétées par diverses garanties complémentaires comme une protection vol ou incendie.

Enfin, pour gérer au mieux son budget, il est judicieux d’utiliser un comparateur d’assurances moto. Ce service en ligne est un moyen efficace de trouver rapidement des offres économiques et de souscrire ainsi une assurance moins chère.

Plus de détails sur ce thème