En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Assurance moto : l’Ile-de-France est la région la plus chère

La prime d’assurance moto s’élève à 588€/an en Ile-de-France, ce qui constitue la région la plus chère de France. Même si la prime nationale moyenne est quasi stable à 469€/an en 2017, des écarts importants persistent entre les régions et les grandes villes.

Avantages comparaison assurance moto

Avis aux motards de région parisienne, votre assurance est la plus chère ! Pour l’année 2017, l’Ile-de-France a enregistré la prime d’assurance moto la plus élevée en France, à 588€/an. Ce montant est en légère hausse par rapport à 2016 mais atteint tout de même 624€/an dans le département du Val-de-Marne.

A l’inverse, l’Occitanie bénéficie des tarifs les plus avantageux, à hauteur de 389€/an. Cette région a pourtant connu une hausse de 1% entre 2016 et 2017, mais reste davantage abordable. Elle est suivie par la Bourgogne-Franche-Comté (400€/an) et la Bretagne (401€/an), selon notre baromètre 2018.

Des disparités entre les grandes villes

Les disparités entre les régions sur l’assurance moto restent donc importantes. L’écart est tout de même de 199€ en moyenne, soit 34% entre l’Ile-de-France et l’Occitanie. Au niveau des variations, la plus grande hausse est observée dans la région Grand-Est (+2,8%). A l’inverse, la Bourgogne-France-Comté a bénéficié de la plus grande baisse (-3,6%) par rapport au baromètre 2017.

Enfin, les primes d’assurance moto sont globalement plus élevées dans les grandes agglomérations. Néanmoins, un écart de 219€ est observé entre Paris (617€/an) et Nantes (398€/an). De plus, les motards strasbourgeois ont vu leur assurance augmenter de +9,7% et à l’inverse ceux de Toulouse ont vu la leur baisser de -8,3% par rapport à 2016.