En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Baromètre 2017 des primes d’assurance moto : des disparités dans les 10 plus grandes villes

LeLynx.fr - mis à jour le

Etude LeLynx.fr – Le baromètre 2017 de l’assurance moto met en lumière les différents critères tarifant, grâce auxquels il est possible de décrypter les primes des 10 plus grandes villes de France.

Des disparités en matière d’assurance moto existent également au sein des grandes agglomérations du pays. Les 10 villes les plus peuplées de France se classent ainsi dans deux catégories, celles qui se situent au-dessus de la prime moyenne nationale de 466€/an, et les autres. C’est la capitale (590€/an) qui se positionne en haut du classement, suivi de Lyon et Marseille ex aequo (574€/an). A l’opposé, c’est la ville de Nantes (405€/an) qui est la plus avantageuse pour les motards – soit 185€ en moyenne d’écart avec Paris -, suivie de Montpellier (416€/an).

Plusieurs tendances se dessinent sur l’ensemble de ces 10 grandes villes :

  • Un taux de sinistralité nettement supérieur à l’ensemble du pays avec 14% des assurés ayant déclaré au moins 1 sinistre au cours des 3 dernières années, contre 8% en moyenne ;
  • La garantie responsabilité civile (c’est-à-dire l’assurance moto au tiers) est davantage privilégiée par les motards citadins (24% contre 20%) que la moyenne, à l’inverse de la couverture tous risques (46% contre 50%) ;
  • Les jeunes conducteurs sont moins nombreux dans les grandes agglomérations que dans le reste de la France (26% contre 30%) ;
  • Les citadins bénéficient en moyenne d’un coefficient bonus-malus moins avantageux que l’ensemble du pays (0,73 contre 0,70) ;
  • Les deux-roues sont la cylindrée est inférieure à 125 cm3 sont plus représentés qu’à l’échelle du pays (35% contre 20%).

Paris (590€/an)

La capitale se démarque des autres grandes villes de France en affichant la facture moyenne la plus élevée en matière d’assurance moto, avec un écart de 185€ avec Nantes, la moins chère du classement. En cause, une sinistralité particulièrement élevée avec 19% des assurés ayant déclaré au moins 1 sinistre au cours des 3 dernières années.

  • Un nombre important d’accidents matériels (61%) et de vols (19%) déclarés par rapport aux autres villes. La part de sinistres dus à des actes de vandalisme plus haute que la moyenne (6%) ;
  • La moitié des motards parisiens optent pour une assurance tous risques (50%) ;
  • Un quart des assurés moto sont des jeunes conducteurs (25%) ;
  • Un des plus mauvais coefficient bonus-malus (0,75) des 10 plus grandes villes ;
  • La plus faible part de garages fermés individuels pour stationner le deux-roues assuré (23%) ;
  • A l’opposé, une très large utilisation des parkings collectifs en plein air (42%)
  • Une part importante de cylindrées inférieures à 125cm3 (41%) et moins de deux-roues supérieurs à 125cm3 que la moyenne des villes (44%) ;
  • Les trois marques préférées des Parisiens sont Piaggio (31%), Yamaha (21%) et Honda (14%).

Marseille (574€/an)

Marseille occupe, avec Lyon, la 2ème place du classement des 10 plus grandes villes de France, affichant une prime moyenne d’assurance moto particulièrement élevée par rapport à la moyenne nationale. C’est en majeur partie le taux de sinistralité très élevé (13%) qui fait s’alourdir la facture de la cité phocéenne.

  • La ville où l’assurance moto tous risques est la moins plébiscitée (37%) ;
  • Une proportion de jeunes conducteurs parmi les motards marseillais inférieure à toutes les autres villes (24%) ;
  • Un coefficient bonus-malus plus avantageux que celui des grosses agglomérations, mais nettement inférieur à la moyenne nationale (0,70) ;
  • Un mode de stationnement globalement plus sécurisé que la moyenne avec une majorité de garages fermés individuels (58%) et une faible utilisation de la voie publique (19%) ;
  • Plus de la moitié des deux-roues assurés ont une cylindrée supérieure à 125 cm3 (51%) ;
  • Les trois marques préférées des Marseillais sont Piaggio (24%), Yamaha (22%) et Honda (13%).

Lyon (574€/an)

Ex-aequo avec Marseille, la ville de Lyon se place en 2ème position des villes où l’assurance moto est la plus chère du pays. Un coefficient bonus-malus moins avantageux qu’ailleurs en France (0,73) et une très nette préférence pour les cylindrées de plus de 125 cm3 (60%).

  • Un des taux de sinistralité les plus faibles parmi les 10 grandes villes françaises (9%) mais une proportion de vols déclarés très élevée (21%) ;
  • Une répartition des formules d’assurance moto similaire aux autres villes, avec une préférence pour la couverture tous risques (48%) ;
  • Une proportion importante de jeunes conducteurs (30%) ;
  • Une préférence marquée pour le stationnement en garage fermé individuel (59%) ;
  • Les petites cylindrées (< 50cm3) sont très faiblement représentées dans le parc moto lyonnais (10%) ;
  • Les trois marques préférées des motards résidant à Lyon sont Yamaha (29%), Honda (20%) et Suzuki (16%).

Toulouse (454€/an)

Située en milieu de classement parmi les 10 plus grandes villes de France, la ville de Toulouse affiche une prime moyenne d’assurance moto nettement inférieure à la moyenne. Elle profite d’une sinistralité relativement faible, par rapport à l’ensemble du pays (11%) bien qu’on y trouve la part la plus importante d’accidents matériels (79%).

  • Un réel désintérêt pour la formule responsabilité civile (17%) par rapport à l’assurance tous risques, plébiscitée par près de la moitié des motards toulousains (49%) ;
  • La 2ème ville où les jeunes conducteurs sont le plus représentés (37%) ;
  • Un coefficient bonus-malus élevé, peu avantageux par rapport aux autres grandes ville (0,76) ;
  • La voie publique est très largement utilisée pour stationner un deux-roues, plus que partout ailleurs en France (38%) ;
  • Une très large majorité d’assurés conduisent une moto dont la cylindrée est supérieure à 125cm3 (59%) ;
  • Les trois marques préférées des motards résidant à Toulouse sont Yamaha (25%), Honda (17%) et Piaggio (14%).

Nice (535€/an)

Bien qu’elle s’approche de la prime moyenne des grandes villes du pays, la facture de la ville de Nice y est inférieure, en partie grâce à une part de jeunes conducteurs parmi les motards niçois inférieure à toutes les autres villes (24%).

  • Un taux de sinistralité inférieur à la moyenne (12%) ;
  • Une répartition des couvertures dans des proportions proches de la moyenne des grandes villes du classement, avec une légère préférence pour la formule responsabilité civile (28%) ;
  • Un coefficient bonus-malus plus élevé que la moyenne des grandes villes (0,72) ;
  • Un stationnement globalement sécurisé avec près de la moitié des deux-roues passant la nuit dans un garage fermé individuel (49%) ;
  • Une répartition des cylindrées dans la moyenne nationale malgré un intérêt légèrement plus faible autour des grosses cylindrées (> 125cm3) par rapport à la moyenne (47%) ;
  • Les trois marques préférées des Niçois sont Yamaha (22%), Piaggio (17%) et Honda (16%).

Nantes (405€/an)

Nantes se démarque des autres grandes villes de France en décrochant la place de la ville où l’assurance moto est la moins chère parmi les 10 plus grandes villes du pays. Elle profite notamment d’une sinistralité faible (10%) et d’un coefficient bonus-malus très avantageux (0,69) par rapport aux autres.

  • Plus de la moitié des assurés optent pour la formule tous risques pour leur assurance moto (54%) ;
  • Une part importante d’assurés moto jeune conducteur (35%) ;
  • Un très faible recours aux parkings collectifs en plein air (4%) pour stationner un deux-roues, tandis que la voie publique est très largement utilisée par rapport aux autres villes (29%) ;
  • Une très large majorité d’assurés conduisent une moto dont la cylindrée est supérieure à 125cm3 (58%) ;
  • Les trois marques préférées des Nantais sont Yamaha (27%), Honda (19%) et Suzuki (13%).

Strasbourg (459€/an)

Bien que la ville de Strasbourg ne profite pas de la prime moyenne d’assurance moto la moins chère parmi les 10 plus grandes agglomérations du pays, elle affiche un taux de sinistralité nettement inférieur à celui des autres (6%). C’est plus de 3 fois moins que Paris.

  • Une faible sinistralité mais une part d’accidents corporels qui représente un tiers des sinistres déclarés (33%) ;
  • Plus de la moitié des assurés optent pour la formule d’assurance moto tous risques (51%) tandis qu’une part importante opte également pour la seule garantie responsabilité civile (30%) ;
  • Une part importante de motards strasbourgeois jeunes conducteurs (33%) ;
  • Un coefficient bonus-malus élevé, peu avantageux par rapport aux autres grandes ville (0,76) ;
  • Les garages fermés individuels sont massivement utilisés, représentant plus de 2 tiers des modes de stationnement (68%) ;
  • La ville où les cylindrées inférieures à 50 cm3 sont les plus présentes (22%) au détriment de celles inférieures à 125cm3 (20%) ;
  • Les trois marques préférées des Strasbourgeois sont Yamaha (35%), Suzuki (15%) et Kawasaki (11%).

Montpellier (416€/an)

La ville de Montpellier fait partie des agglomérations où la prime moyenne d’assurance moto est la plus avantageuse, se classant tout juste derrière Nantes. Un taux de sinistres déclarés plus faible que la moyenne (10%), malgré une part importante d’accidents matériels (71%), fait réduire la facture des motards montpelliérains.

  • Une répartition des couvertures dans des proportions proches de la moyenne des grandes villes du classement, avec près d’un quart de formules responsabilité civile (24%) ;
  • Un nombre de jeunes conducteurs proche de la moyenne des grandes villes de France (27%) ;
  • Un coefficient bonus-malus plus avantageux que la moyenne des grandes agglomérations (0,72) ;
  • Un stationnement globalement sécurisé avec plus de la moitié des deux-roues passant la nuit dans un garage fermé individuel (58%) ;
  • Une préférence marquée pour les moto dont la cylindrée est inférieure à 125cm3 (38%) à l’opposé des plus petites cylindrées, inférieures à 50cm3 (14%) ;
  • Les trois marques préférées des Montpelliérains sont Yamaha (25%), Honda (16%) et Kawasaki (15%).

Bordeaux (454€/an)

3ème ville la moins chère du classement, Bordeaux se démarque notamment par une très large préférence des motards pour une couverture tous risques afin de protéger leur moto (64%), rehaussant la facture moyenne d’assurance moto.

  • Un taux de sinistres déclarés au cours des 3 dernières années plus faible que l’ensemble des grandes villes (12%) ;
  • Les vols représentent plus d’un quart des sinistres déclarés (28%) ;
  • Une proportion de motards jeunes conducteurs légèrement supérieure à la moyenne des grandes agglomérations (31%) ;
  • Un coefficient bonus-malus un peu plus avantageux à Bordeaux que dans les autres grandes villes (0,71) ;
  • Un tiers des deux-roues assurés stationnent sur la voie publique (33%) ;
  • Plus de la moitié des motos assurés ont une cylindrée supérieure à 125cm3 (54%) ;
  • Les trois marques préférées des motards résidant à Bordeaux sont Yamaha (28%), Piaggio (17%) et Honda (15%).

Lille (498€/an)

La ville de Lille se démarque particulièrement du reste des grandes agglomérations française par son taux de sinistralité élevé, le 2ème plus haut (16%), et la proportion de motards jeunes conducteurs la plus élevée (38%).

  • Les accidents corporels comptent pour plus d’un tiers des sinistres déclarés au cours des 3 dernières années (36%) ;
  • Un net désintérêt pour la simple couverture responsabilité civile (18%) au contraire de la forme tous risques (16%) ;
  • Un coefficient de bonus-malus égal à la moyenne des grandes villes (0,73) ;
  • Une très large majorité des Lillois optent pour un garage fermé individuel pour stationner leurs deux-roues (62%) ;
  • 3 motos sur 5 assurées à Lille ont une cylindrée supérieure à 125cm3 (60%) ;
  • Les trois marques préférées des Lillois sont Yamaha (21%), Honda (19%) et Suzuki (13%).

Méthodologie de l’étude : résultats obtenus sur un échantillon de 14 597 primes d’assurance moto cliquées par les utilisateurs de LeLynx.fr dans les 10 plus grandes villes de France* sur la période du 01/03/16 au 31/03/17. (*source : Insee)