Sécurité routière : portrait de Frédéric Péchenard

 

Frédéric Péchenard

Pour ceux que ça intéresse, la sécurité routière, sous la houlette du ministère de l’Intérieur et «mise à disposition du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie», a pour délégué interministériel (DISR) Frédéric Péchenard, nommé par le Premier ministre le 30 mai 2012.

Avant M. Péchenard, le délégué à la sécurité et à la circulation routières était Jean-Luc Nevache.

Frédéric Péchenard: de la Police nationale à la sécurité routière

Comme vous l’avez vivement remarqué, la date du 30 mai 2012 qui sonne la fin du mandat de Jean-Luc Nevache et la nomination de Frédéric Péchenard coïncide avec le changement de gouvernement. En effet, vous vous en souvenez tous, le 06 mai 2012, François Hollande a été élu président de la république à la suite du mandat de Nicolas Sarkozy.

Alors qu’on pourrait être tenté de penser que le choix de François Péchenard était une décision politique forte, visant à rompre avec le gouvernement précédent, il s’avère qu’en fait M. Péchenard est un ami de Nicolas Sarkozy.

Si on s’intéresse un instant au parcours du nouveau délégué interministériel à la sécurité routière, on apprend que M. Péchenard était un flic, d’abord au commissariat du 16ème arrondissement de Paris puis, après un passage par l’anti-terrorisme et l’antigang, à la direction générale de la Police Nationale (DGPN).

Il est dès lors intéressant de s’interroger sur la valeur apportée par un policier à la tête de la sécurité routière.

Frédéric Péchenard: flic et aussi motard

Dès le mois de juillet 2012, la fédération française des motards en colère (FFMC) avait annoncé sur son site qu’elle allait, selon ses souhaits, être reçue par Frédéric Péchenard à la rentrée afin de connaître les positions du délégué en vue de préparer le prochain comité interministériel de la sécurité routière (CISR).

Cette rencontre, qui a eu lieu le 18 septembre dernier, a permis à la FFMC d’aborder avec M. Péchenard plusieurs thèmes, dont:

  • La circulation en interfiles des deux-roues motorisés dans les embouteillages;
  • L’équipement des usagers;
  • Les radars;
  • La pratique de la moto.

La fédération s’est d’ailleurs dite rassurée par le fait que «Fréderic Péchenard soit lui-même un motard pratiquant» car «sa vision sur la circulation à deux-roues semble être exempte des fantasmes sur la moto habituellement communs aux hauts fonctionnaires».

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres