Les futurs députés décevants sur la question des motards

Alors qu’on vous annonçait le 30 mai dernier que la FFMC, après avoir appelé les candidats à l’élection présidentielle à s’exprimer sur la place qu’ils comptaient attribuer aux 2 roues, invitait les futurs députés à faire de même, la fédération vient de publier son analyse des réponses, aux termes de laquelle elle estime que les candidats sont peu motivés par la sécurité des motards. Explications…

Des candidats qui ne connaissent pas la moto à ceux qui en conduisent une en passant par les «entre-deux»

La FFMC déplore d’emblée le peu de réponses reçues, «entre 15 et 20 % des candidats sollicités ont renvoyé le questionnaire transmis par l’antenne ou librement exprimé leurs positions dans un courrier». Au total, ce sont 66 réponses qui ont été adressées à la FFMC.

Toutefois, malgré ce petit nombre, la Fédération est parvenue à ranger les candidats à la députation dans 3 catégories:

  • Ceux qui ne connaissent manifestement rien à la moto: cette catégorie de candidats-là est ainsi plus encline à adopter toute nouvelle mesure, du moment qu’elle est présentée comme permettant de lutter contre l’insécurité routière. Dans cette catégorie, figurent donc des partisans du contrôle technique obligatoire pour les 2 roues, du port des brassards rétro-réfléchissants ainsi que de l’agrandissement des plaques d’immatriculation;
  • Ceux qui pratiquent la moto ou qui ont des proches qui pratiquent la moto: forcément plus au fait de l’univers de la moto, ces candidats de la 2e catégorie sont par nature sceptiques quant à l’efficacité de mesures telles que l’instauration d’un contrôle technique 2 roues, le port d’un dispositif rétro-réfléchissant ou encore la création de plaques d’immatriculation plus grandes;
  • Ceux qui sont entre les deux, c’est-à-dire qu’ils ne pratiquent pas forcément la moto et ils ne connaissent pas de motards mais ne sont pas complètement étrangers à l’univers du deux-roues et surtout ils restent à l’écoute de propositions allant dans un bon sens. Ces candidats-là ne sont pas particulièrement favorables aux brassards ni aux plaques plus grandes mais ils pensent quand même que le contrôle technique 2 roues aurait des conséquences positives.

N’y-a-t-il pas eu le moindre consensus, vous demandez-vous? Si, nous apprend la FFMC et c’est d’ailleurs sur la question du contrôle technique obligatoire pour les 2 roues que les candidats semblent tomber d’accord.

Sans trop de surprise, ils sont tous pour car ils considèrent tous qu’il s’agit «non seulement d’un gage de sécurité mais aussi et surtout d’une égalité de traitement par rapport aux automobilistes». En gros et c’est l’avis de la FFMC, ce consensus relève davantage de considérations électoralistes que d’une conviction profonde sur le bien-fondé d’une telle obligation en matière de sécurité routière.

Autre sujet de consensus, le tarif des autoroutes. Tous les candidats semblent souhaiter que les tarifs cessent d’augmenter sur les autoroutes afin de ne pas dissuader les motards d’y circuler alors même que leur sécurité y est mieux assurée.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres