La FFMC contre les équipements rétro-réfléchissants

Ceci n’est pas un scoop. Vous le savez, la fédération française des motards en colère (FFMC) est farouchement opposée à la question du port obligatoire d’un équipement rétro-réfléchissant pour le motard, posée par le décret du 03 janvier 2012.

Alors que la mesure est censée entrer en vigueur dès le 1er janvier 2013, la FFMC a, pour matérialiser son opposition, adressé un courrier au ministre de l’Intérieur Manuel Valls le 06 novembre 2012.

Gilet rétro-réfléchissant: pourquoi la mesure est inutile

La première incohérence que la FFMC relève quant à l’obligation pour chaque motard et autre conducteur d’un 2-roues motorisé de porter un gilet rétro-réfléchissant obligatoire, repose sur la problématique de la visibilité de ces usagers.

Selon la FFMC en effet, la question de savoir comment rendre les motards visibles n’est pas une question posée exclusivement à ces derniers mais bel et bien aux autres usagers de la route, aux automobilistes notamment. En d’autres termes, nous dit la Fédération, «l’annonce de cette mesure qui prétend répondre au manque de visibilité des usagers à deux-roues est une mauvaise réponse à une bonne question : la prise en compte des usagers vulnérables»

Partant de là, la FFMC avance les arguments pointant l’inutilité de la mesure suivants:

  • Alors que les accidents de moto ont majoritairement lieu de jour par beau temps, le fait de porter cet équipement en plein jour ne sert à rien puisqu’il permet d’être vu de nuit;
  • La mesure ne s’applique pas aux conducteurs de cyclos et autres motocyclettes légères alors qu’ils seraient moins bien formés et équipés que les motards;
  • Cette mesure ne règle pas le problème de l’inattention des automobilistes et du mauvais partage de la route, responsable de plus de la moitié des accidents mortels de 2 roues motorisés;
  • Enfin, cette disposition «expose la ou le motocycliste, même bien équipé de la tête aux pieds, à un retrait de deux points sur son permis de conduire si son équipement ne comporte pas 150 cm2 de surfaces rétro-réfléchissantes. Rappelons que les automobilistes, tenus d’avoir à bord de leur véhicule un gilet de haute visibilité en cas de panne, n’encourent qu’une simple amende en cas de verbalisation.»

Et, la Fédération de poser cette question géniale: «En outre, faudra-t-il fournir un mètre-ruban et une calculette aux agents de la force publique chargés d’intercepter, de contrôler et de mesurer les contrevenants ?»

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres