En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Punaises de lit : un plan de lutte national est lancé

Face au pullulement des punaises de lit dans les logements, le gouvernement a mis en place un dispositif préventif. Ce sujet de santé publique est de plus en plus pris au sérieux.

Elles sont laides mais extrêmement intelligentes. Les punaises de lit sont des petits nuisibles hématophages qui échappent à la vigilance humaine et se reproduisent à toute vitesse. Depuis plusieurs étés, leur nuisance augmente en France. En 2018, plus de 400 000 sites ont été traités à la suite d’une invasion de punaises de lit.

Face à l’urgence, le gouvernement a annoncé un plan de prévention et de lutte, jeudi 20 février. Ce plan comprend une campagne d’information, avec l’ouverture d’un numéro dédié (08 06 70 68 06) et un site internet : stop-punaises.gouv.fr. Le gouvernement va aussi solliciter les professionnels pour une meilleure structuration et la création d’un label.

Plafonner les tarifs des professionnels ?

La loi aussi devrait changer, puisqu’une mission parlementaire va être lancée très prochainement. Une manière de répondre aux fortes demandes de l’opposition. La France Insoumise avait demandé en 2019 que les infestations de punaises de lit soient reconnues comme un enjeu de santé publique. « A l’époque, les réactions fluctuaient entre le scepticisme et la moquerie. Maintenant, plus personne n’a envie de rire », explique Jean-Luc Mélenchon.

Punaises de lit : 5 conseils pour s’en débarrasser définitivement
Lire l'article

Quelles mesures seront prises ? Si la majorité suit les idées des Insoumis, on pourrait assister à un encadrement des prix des désinfections et le bannissement des produits chimiques. Accusé d’opportunisme, Julien Denormandie, ministre du Logement, préfère temporiser : « On est engagés sur ce plan depuis de nombreux mois et ce ne sont pas les municipales qui nous forcent à traiter la question ».