En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Lutter contre les nuisibles : solutions et prises en charge

Claire Tourdot - mis à jour le

Dans une maison ou un appartement, il n’est pas rare de tomber sur de petites bêtes à la présence non souhaitée. Cafards, puces, punaises, souris… voici quelques astuces pour éviter que la cohabitation forcée ne se transforme en enfer.

Adopter la solution adéquate

Avant de lancer les hostilités, il est important de bien identifier à quel type d’ennemi du logis on a affaire. Ci-dessous, quelques exemples des nuisibles les plus courants :

  • Les cafards ou les blattes. Durant la journée, les cafards se glissent dans les recoins des pièces chaudes, pour ensuite sortir à la nuit tombée se nourrir des débris alimentaires. Il est possible de se servir de puissants insecticides afin de stopper leur prolifération. Si l’immeuble dans son ensemble est touché, l’intervention d’une équipe spécialisée est nécessaire ;
  • Les puces. Ces insectes vivent sur leurs hôtes (le plus souvent, des animaux) et pondent leurs œufs dans les fentes du plancher, sur les canapés, tapis, tissus… L’utilisation d’un insecticide peut être suffisante pour les faire disparaître. Il est important de renouveler l’opération à plusieurs semaines d’intervalle pour éviter leur reproduction ;
  • Les punaises des lits. Souvent transportées par inadvertance d’une chambre à l’autre, les punaises de lit s’abritent dans des lieux sombres et chauds comme les sommiers, les bois de lit, les dessous de tapis… Très coriaces, elles ne disparaîtront pas, à moins de procéder à un assainissement complet de la pièce où elles se trouvent ;
  • Les termites. Ces nuisibles se nourrissent de bois et peuvent donc détériorer les poutres apparentes, les planchers ou tout autre élément de boiserie. En cas d’infection, il est préférable de faire appel à un exterminateur qui saura traiter le logement sans l’abîmer ;
  • Les souris. Pour les éloigner sans les tuer, il existe des sprays répulsifs naturels et des grilles anti-rongeurs à placer sur leurs possibles voies d’accès.
Des cafards dans une maison

Il ne suffit que d’une minuscule fente d’1,5 mm pour que des blattes s’introduisent dans n’importe quel bâtiment.

Qui prend en charge les frais d’extermination ?

Dans le cas où un propriétaire vit dans son propre logement, c’est à lui de couvrir la totalité des frais engagés, à condition que les nuisibles ne se soient pas propagés au reste de l’immeuble.

Les locataires peuvent, quant à eux, se tourner vers leur bailleur. Celui-ci est dans l’obligation de financer le traitement d’éradication des nuisibles, selon la loi du 6 juillet 1989. Toutefois, les produits de désinsectisation faisant partie des charges récupérables, le propriétaire peut réclamer le remboursement de l’achat de ces produits, à l’exclusion de la main d’œuvre qui reste à sa charge exclusive.

Astuce Malynx !

Si plusieurs logements sont touchés, il revient au syndicat de copropriété d’intervenir pour traiter le bâtiment dans sa totalité.

Assurance habitation et nuisibles

Les contrats d’assurance habitation ne couvrent que les sinistres consécutifs à des situations prédéfinies, comme un dégât des eaux, un incendie ou une catastrophe naturelle. L’invasion du logement assuré par des nuisibles – tout aussi pénible qu’elle soit – ne peut en aucun cas faire l’objet d’une prise en charge par l’assurance habitation.

En revanche, propriétaires et locataires peuvent se tourner vers les collectivités locales. Certaines mettent en place des dispositifs spécifiques, ainsi que des subventions pour lutter contre les insectes et les rongeurs.

Astuce Malynx !

Pulvérisateur, diffusion de chaleur sèche, terre de Diatomée… grâce à un traitement adapté, il possible de se débarrasser une bonne fois pour toutes des punaises de lit, ainsi que des œufs et larves qui les accompagnent.

Plus de détails sur ce thème
Dernièrement sur ce thème