En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Fissures de maison : elles ont coûté un milliard d’euros en 2018

La sécheresse a dégradé 20 000 maisons en 2018, et devrait encore battre ce record en 2019. Une hantise pour les assurances habitations.

Chaque année, des dizaines de milliers de logements voient leurs façades se fissurer. De la microfissure à la lézarde, ce phénomène est amplifié par les grandes sécheresses qui s’abattent en saison estivale sur la France. La fissure est un sinistre de plus en plus fréquent qui nécessite souvent des travaux, et donc, une indemnisation par l’assurance.

Cependant, c’est en hiver que l’on voit apparaître les premières fissures, quand le sol s’humidifie après s’être contracté. Face à cela, de nombreux arrêtés ministériels sont pris pour permettre aux victimes sinistrées de demander une indemnisation à leur assureur. Plus de 3 000 communes viennent d’être reconnues en état de catastrophe naturelle pour la période 2018.

25 000€ de travaux en moyenne

Les propriétaires victimes de la sécheresse paient en moyenne 25 000€ pour les travaux de réparation des fissures. Entre 1989 et 2018, les assurances ont dû indemniser 12 milliards d’euros, ce qui fait de la sécheresse le pire sinistre après les inondations (20 milliards).

Astuce Malynx !

Vous ne pouvez être indemnisé qu’en ayant souscrit une assurance multirisques habitation. La garantie sécheresse peut intervenir si votre commune est placée en état de catastrophe naturelle.

L’année dernière a donc été la plus coûteuse depuis la sécheresse de 2003, générant un milliard d’euros de travaux. L’année 2019, elle, pourrait bien battre des records, après la canicule qui a sévi à la fin du mois de juillet. Les territoires les plus touchés sont l’Auvergne, le Rhône et la Provence, où les sols argileux vont sans cesse bouger dans les mois à venir.