En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Assurance habitation : les intempéries ont fortement marqué 2016

Épisodes de grêle, inondations… les intempéries de l’année 2016 ont eut un impact important sur la branche multirisques habitation du secteur de l’assurance.

Inondation

Les intempéries de 2016 auront laissé une marque sur la branche multirisques habitation, souligne la Fédération Française de l’Assurance (FFA) dans son rapport annuel. « Avec des cotisations en hausse de 2,5 % en 2016 et une charge des prestations contenue, la branche multirisques habitation voit son ratio combiné atteindre 91% (indicateur de rentabilité qui est le plus positif lorsqu’il est faible, ndlr) », analyse l’organisme.

Bien que la pluviométrie exceptionnelle des mois de mai et juin ait fait grimper le nombre de dégâts des eaux déclarés, 2 autres facteurs viennent influencer la rentabilité de la branche selon la FFA :

  • le nombre de cambriolages en légère hausse en 2016 après une diminution régulière depuis 2013 ;
  • les sinistres incendie en baisse en 2016 du fait d’un hiver plutôt doux, limitant le recours aux chauffages d’appoint.

Evènements climatiques : 2,4Md€ de dégâts

De nombreux et coûteux épisodes de grêle ont touché les agriculteurs, les véhicules et les maisons tout au long de l’année 2016 en France, mais ce sont les inondations historiques entre le 27 mai et le 8 juin qui ont le plus impacté le secteur. Au total, pas moins de 19 départements et plus de 2 000 communes ont été touchés, engendrant 182 000 déclarations de sinistres adressées aux assureurs pour un coût global estimé à 1,4 Md€.

La FFA indique que, sur l’année 2016, « le coût de l’ensemble des événements climatiques s’est élevé à 2,4 Md€ ». A titre de comparaison, le coût annuel moyen au cours des 25 dernières années était de 1,5 Md€.