En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

214 000 sinistres enregistrés lors des intempéries de mai et juin

Les intempéries de mai et juin derniers ont été lourdes de conséquence. La FFA a enregistré 214 000 sinistres, pour un coût de 430 millions d’euros.

orage grele

L’heure est au bilan. Après les violentes intempéries qui se sont abattues sur une grande partie de la France du 25 mai au 14 juin derniers, la FFA (Fédération Française de l’Assurance) a communiqué de premiers chiffres. Comme l’explique le communiqué, « à ce jour, les assureurs ont enregistré 214 000 déclarations de sinistres, pour un coût estimé à 430 millions d’euros ».

Les sinistres, causés notamment par la pluie et la grêle, ont touché les habitations, mais également les véhicules et biens professionnels. La FFA recense des dommages divers : « inondations, coulées de boue, dommages électriques, impacts sur les carrosseries, pertes d’exploitation » etc.

Reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle ?

Comme l’a rappelé la FFA, ces sinistres sont couverts par les contrats d’assurance habitation et d’assurance auto. Certaines communes, comme celle de Breteuil dans l’Eure, ont demandé une reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle. Reste à savoir si cette requête sera entendue par le gouvernement.

Quoi qu’il en soit, la question d’une réforme du régime de catastrophe naturelle est à l’étude. « La profession travaille actuellement avec le gouvernement à une modernisation du régime des catastrophes naturelles qui permettra de développer la culture de la prévention, de généraliser la prise en charge des frais de relogement, de simplifier le mode de fonctionnement des franchises pour les particuliers et de les plafonner pour les professionnels », explique Bernard Spitz, président de la FFA.