En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Inondations : 150 à 200 millions d’euros de dégâts selon les assureurs

Les premières estimations sur les inondations de janvier sont tombées. On recenserait entre 25 et 30 000 sinistres, pour un coût total compris entre 150 et 200 millions d’euros.

Après les inondations de janvier, l’heure est au bilan. Selon la Fédération Française de l’Assurance (FFA), les fortes crues qui ont touché la France le mois dernier ont causé des dégâts qui coûteront entre 150 et 200 millions d’euros. Elles auraient également engendré entre 25 et 30 000 sinistres.

Les inondations de janvier 2018 demeurent de moindre ampleur que celles de juin 2016, qui avaient coûté 1,4 milliard d’euros et causé 182 000 sinistres. La FFA prend toutefois la mesure de la situation, et assure que la profession a pris des dispositions « pour accompagner les sinistrés dans leurs déclarations et procéder aux indemnisations dans les meilleurs délais », notamment grâce à la mobilisation d’experts sur le terrain et à distance.

Reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle

Le gouvernement a par ailleurs déclaré l’état de catastrophe naturelle pour 275 communes, tandis que 156 sont encore en attente d’expertises complémentaires. Une reconnaissance qui devrait permettre une indemnisation plus rapide des sinistrés, dans un délai maximum de 3 mois.

La FFA invite les sinistrés qui ont souscrit une assurance habitation ou une assurance pour leur véhicule à contacter leur assureur au plus vite, tant pour être accompagnés que remboursés. Si le délai officiel pour déclarer un sinistre est de 10 jours après la parution de l’arrêté de catastrophe naturelle, les assureurs pourront accepter des déclarations un peu plus tardives.