Assurance habitation : vers une hausse des primes due aux événements climatiques ?

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a lancé une enquête pour évaluer les risques financiers dus au changement climatique. Dans sa conclusion, l’organe alerte sur une hausse significative des primes d’assurance habitation d’ici 2050.

indemnisations

« Les primes augmentent entre 130 et 200 % sur 30 ans selon la catégorie, soit une hausse des primes d’assurance comprise entre 2,8 % et 3,7 % par an. » Il s’agit ici d’une des conclusions d’une enquête, révélée mardi, menée par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) – organe de la Banque de France – sur les risques dus au changement climatique d’ici 2050.

Cette augmentation serait donc la conséquence directe d’un éventuel coût des sinistres climatiques, multiplié par 5 ou 6 dans certains départements, notamment dans l’ouest de la France. Les événements ici visés rentrent dans la garantie catastrophes naturelles, comme les inondations ou encore les sécheresses.

La multirisque habitation et les catastrophes naturelles
Lire l'article

Plusieurs options avancées

Cette progression dépasserait la croissance du PIB de plus de 70% sur la même période. L’ACPR précise d’ailleurs que « des hypothèses supplémentaires sur le comportement des assurés seraient donc nécessaires pour analyser la soutenabilité d’une telle progression des primes ». Le risque principal est de voir des assurés renoncer à leurs couvertures et aux garanties à cause de montants trop élevés.

Pour éviter cette tendance, l’Autorité souhaite donc proposer plusieurs options pour y faire face dès 2025 : « une réallocation géographique de leur portefeuille ; une révision de leurs programmes de réassurance ; ou, enfin, en adaptant les produits offerts pour diminuer les risques supportés par les assurés ». Reste à voir si ces pistes seront suivies par les assureurs dans les années à venir…