Catastrophes naturelles : un coût estimé à plus d’1 milliard d’euros

Plusieurs épisodes d’intempéries ont durement touché la France durant le mois de mai ainsi qu’au mois de juin. Des milliers de personnes se retrouvent sinistrés avec des dégâts parfois considérables. Les professionnels du secteur de l’assurance habitation estiment un coût total de plus d’1 milliard d’euros.

inondation brest assurance habitation catastrophe neturelle

Depuis plusieurs années consécutives, l’Hexagone fait face à une succession de violentes intempéries, généralement déclarées en état de catastrophes naturelles. Les sinistrés peuvent ainsi demander une indemnisation auprès de leur compagnie d’assurance.

France Assureurs dresse un premier bilan des intempéries du mois de mai et juin 2022.

Les deux derniers épisodes ont fait des milliers de sinistrés, des dizaines de blessés et causé un décès :

  • 20 au 23 mai : des orages ont frappé la Vendée, la Loire-Atlantique et le Sud-Ouest. Plus de 93 000 habitants ont subi des dommages matériels pour un coût de 323 millions d’euros ;
  • 2 au 5 juin : le vendredi 3 juin, des orages, de fortes inondations et des chutes de grêles ont touché le Sud-Ouest et le Massif central. Le lendemain, les orages se sont généralisés et ont provoqué des coulées de boues dans le Grand Est. Le montant des dégâts est estimé à 940 millions d’euros dont 410 millions pour les assurances habitation et 370 millions pour les assureurs auto.

Au total, ces intempéries vont coûter près de 1,263 milliard d’euros.

Les catastrophes naturelles feront-elles grimper la prime d’habitation ?

La communauté scientifique est formelle. Le réchauffement climatique est principalement à l’origine des épisodes répétés de catastrophes naturelles ainsi que d’un dérèglement climatique. 49,6 °C en juin dernier dans une petite ville canadienne, un gel très tardif provoquant des ravages dans la viticulture française, des inondations en Allemagne et en Belgique l’été dernier causant la mort de 90 personnes… La liste est longue et elle ne fera que s’allonger, tout comme les sinistres habitation.

De ce fait, les prix des assurances habitation seront-ils ajustées ? Aujourd’hui, le fonds de catastrophes naturelles (Cat’Nat), également nommé le fonds Barnier, est alimenté par une taxe prélevée sur l’ensemble des contrats multirisques habitation, à hauteur de 12 %. Or, ce fonds est actuellement déficitaire au vu des nombreuses catastrophes naturelles qui touchent régulièrement la France. En effet, France Assureurs, dans une étude publiée en octobre 2021, a estimé que le montant des sinistres pourrait atteindre les 143 milliards d’euros d’ici 30 ans.

Cette taxe sera probablement amenée à évoluer dans les années à venir afin que les sinistrés puissent être correctement assurés. Les primes d’assurance habitation pourraient donc augmenter dans les années à venir, en particulier dans les zones à risque.

Notre baromètre habitation 2022
Lire l'article