En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Assurance : les catastrophes naturelles coûtent 3 milliards d’euros par an

Ces dernières années, les indemnisations liées aux catastrophes naturelles sont en constante augmentation selon les assureurs réunis vendredi lors d’une conférence internationale. Sur les 3 dernières années, près de 3 milliards d’euros ont ainsi permis d’indemniser les sinistres.

inondation brest assurance habitation catastrophe neturelle

« L’année 2018 aura été, après l’année 2017, encore une très mauvaise année pour les assureurs » a déclaré le PDG d’Axa Jacques de Peretti, lors de la conférence internationale organisée vendredi par la Fédération française de l’assurance (FFA). En cause, la hausse constante des indemnisations liées aux catastrophes naturelles comme les inondations, sécheresses, coulées de boue…

Le patron de la FFA Bernard Spitz a ainsi expliqué que « si on prend la moyenne des trois dernières années, on est à 2,7 milliards, presque 3 milliards » d’euros d’indemnisations par an. Cette tendance alerte donc le monde de l’assurance dont les acteurs tentent d’étudier les phénomènes climatiques à venir et de mettre en place des solutions.

Un régime « cat’nat’ » modernisé

Dans ce sens, Bernard Spitz a rappelé la « modernisation en cours » du dispositif de catastrophes naturelles d’ici l’année prochaine. L’objectif est ici de « mettre en place un système incitatif, plus rapide, plus généreux », selon une annonce d’Emmanuel Macron. Dans les faits, ces changements concerneront le plafonnement des franchises ou encore le versement rapide des indemnisations.

D’autre part, un travail de sensibilisation auprès du grand public sur les risques climatiques est aussi à l’étude. Les efforts devraient ici se concentrer sur la question de la construction des habitations. Plus précisément, « il faut à la fois faire attention où l’on construit et faire attention à la façon dont on construit » a précisé M. Spitz.