En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les évènements climatiques ont coûté 3 milliards d’euros en 2017

Selon les chiffres annuels publiés par la Fédération française de l’assurance (FFA), la sinistralité climatique a généré 3 milliards d’euros de dégâts en 2017. Une réforme du régime de catastrophe naturelle devrait avoir lieu cette année.

indemnisations

Quand les évènements climatiques augmentent la facture pour les assureurs. Selon les chiffres de la FFA, ils ont coûté 3 milliards d’euros de dégâts en 2017, soit une hausse de 12% par rapport à l’année précédente. Le cyclone Irma et les épisodes de tempête, grêle et neige ont dopé le nombre de sinistres déclarés.

Cette hausse de la sinistralité climatique risque de jouer sur les tarifs des assurances habitation. Les résultats en baisse des réassureurs vont se répercuter sur les assureurs. « Le marché de l’assurance dommages est très concurrentiel en France, ce qui plaide en revanche pour une modération forfaitaire », rassure Arnaud Chneiweiss, délégué général de la FFA.

Une facture de 92 Md€  en 2040 ?

Néanmoins, les prévisions de la FFA sont davantage pessimistes sur les années à venir. Les évènements climatiques devraient ainsi doubler d’ici 2040 à hauteur de 92 milliards d’euros de dégâts. La prévention de ces risques va donc être mise en avant, dont les premiers signes ont été observés durant les tempêtes hivernales et les inondations de début 2018.

Enfin, la FFA a annoncé une réforme du régime catastrophe naturelle d’ici la fin de l’année. Elle veut ajouter la prise en charge des frais de relogement dans cette garantie, de manière automatique dans les contrats. De même, elle souhaite instaurer un plafonnement de la franchise (aujourd’hui à 10% des dommages) pour les TPE.