En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Jusqu’à 10 % de hausse pour les assurances des locataires

La loi Alur permet aux propriétaires bailleurs de souscrire une assurance multirisque habitation pour le compte de leurs locataire réfractaires ou défaillants. Un décret paru au Journal Officiel les autorise désormais à majorer cette prime jusqu’à 10 % par an.

Remboursement de l'intervention d'un serrurier

La nouvelle risque de ne pas enchanter les locataires réticents à souscrire une assurance habitation. Non seulement la loi Alur permet à leur propriétaires de souscrire un contrat à leur place, mais elle leur donne aujourd’hui la possibilité supplémentaire de se dédommager en augmentant la prime annuelle jusqu’à 10 %. Le fonctionnement est simple : le bailleur récupère la totalité de la prime MRH par douzième à chaque paiement du loyer et est libre d’y appliquer une surprime.

L’objectif de cette mesure : simplifier les procédures d’assurance trop longues et complexes (qui ont tendance à rebuter les locataires) tout en généralisant la souscription de ce type de contrats. En contrepartie, le bailleur ne pourra pas résilier le contrat du locataire pour défaut d’assurance.

La loi Alur autorise aussi les bailleurs à appliquer ce système aux colocations ! L’idée est ici d’éviter aux différents locataires de se noyer dans la paperasse. Une innovation qui risque de faire mouche, car 16 % des Français déclarent avoir déjà vécu en colocation, dont 31 % entre 18 et 24 ans et 45 % pendant leurs études, selon un sondage de l’Institut CSA.