En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les logements vacants vont-ils être réquisitionnés ?

Le ministre de la Ville et du Logement vient de lancer un grand plan pour convaincre les propriétaires de logements vacants de les mettre en location. Sans quoi il envisage des réquisitions.

Logement vacant

L’Insee juge que la France compte 3 millions de logements vacants, dont 200 000 sont inhabités depuis au moins deux ans. Le phénomène de vacance progresse constamment depuis 2006, passant de 6% à 8%. Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, estime la situation inacceptable et a lancé lundi 10 février un plan national pour réduire cette vacance.

La première phase du plan consiste à déterminer géographiquement les lieux de vacance. Le taux de logements vides est plus élevé dans les zones rurales, où la demande est beaucoup plus faible. A l’inverse, les grandes agglomérations comptent moins de logements vacants, en pourcentage. Ce plan prévoit d’épauler les collectivités pour savoir où est la vacance et quelles en sont les raisons.

La loi Nogal pour louer en confiance
Lire l'article

Réquisitionner les biens des banques et assureurs

Deux causes semblent dissuader les propriétaires à mettre en location leur logement. Premièrement, certaines habitations réclament des rénovations coûteuses. Julien Denormandie rappelle que l’Etat propose de nombreuses aides dans ce but. Deuxièmement, certains bailleurs redoutent les impayés et les dégradations. Le ministre du Logement les encourage à faire confiance à la garantie Visale.

Le plan contient ainsi une stratégie de communication pour convaincre les Français à louer leur propriété. Ainsi, « les particuliers n’ont aucun intérêt à ne pas louer leur bien », affirme le ministre. Si cette stratégie est inefficiente, le gouvernement envisage la réquisition. Dans les zones tendues, l’Etat pourrait réquisitionner certains locaux, par exemple ceux détenus par les banques et les assurances. Ces réquisitions concerneraient donc surtout des propriétaires institutionnels.