En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

La France compte 3 millions de logements vacants

Une récente étude de l’Insee révèle que 3 millions d’habitations en France sont inoccupées. Une situation à laquelle le ministère du Logement a promis de remédier.

Logement vacant

Sur les 36 millions de logements qui existent en France, 3 millions ne sont pas habités (soit 8,4% du total). Voici ce que nous révèle la dernière étude de l’institut national de la statistique. Dans un pays qui compte 300 000 sans-domicile-fixe et 30 000 sans-abris, c’est un chiffre que l’on a du mal à entendre. Un problème auquel le ministère du Logement va enfin s’attaquer.

Qu’entend-on par logement vacant ? Il s’agit d’un « logement inoccupé se trouvant dans l’un des cas suivants : proposé à la vente, à la location ; déjà attribué à un acheteur ou à un locataire et en attente d’occupation ; en attente de règlement de succession ; conservé par un employeur pour un usage futur au profit d’un de ses employés ; ou gardé vacant et sans affectation précise par le propriétaire ».

Une situation inchangée depuis des années

Il existe donc une multiplicité de situations dont certaines sont moins préoccupantes (exemple : la vacance frictionnelle entre deux locations, de 6 mois maximum). Malgré tout, l’étude nous permet de remarquer qu’un million de logements vacants le sont depuis une période allant de 6 mois à un an. Encore pire : 1,1 million de logements sont inoccupés depuis plus de deux ans, soit 3,5% du parc privé français.

Que va-t-on faire pour réduire cette vacance ? L’Insee avait déjà estimé en 2018 que le pays comptait 3 millions de logements vacants (ceux inutilisés depuis plus de 2 ans n’étaient alors que 200 000). Pour rappel, en février 2020, Julien Denormandie, ministre du Logement, avait proposé un plan pour convaincre les propriétaires à mettre en location/vente leur bien. Dans le cas où cela n’aurait aucun effet, il avait promis la réquisition dans les zones tendues des locaux détenus par les banques et assurances.